Petit lexique de l’entrepreneur

Publié le par Reflet d'Expression

S’installer à « son compte »,
C’est endosser plusieurs casquettes sur une seule tête !

Avant-propos

Déjà 10 années d’expérience de ma petite entreprise (vivement les 20 parce que je fais une fête à chaque décennie !!) qui me permettent aujourd’hui de poser un regard constructif sur « ce métier d’entrepreneur », je parlerai surtout du « petit » entrepreneur, celui qui travaille seul, bien seul... dans son univers, seul toute la journée !

Je parlerai ici au « masculin », non pas parce que la langue française veut que le masculin l’emporte sur le féminin (aucun débat la dessus, n’est-ce pas) seulement juste donc dans l’intérêt de faire mes phrases plus courtes.

Il est toujours bon d’asseoir ses pensées sur papier et de partager son vécu... à qui souhaite en savoir plus sur « ces cocasses et innombrables métiers » !

« Travailleur »

La casquette « du métier principal » de l’entrepreneur. J’inclurai ainsi dans celle-ci :

  • L’ Artisan : c’est une des appellations, parmi d’autres, qu’on s'octroie quand on « s’installe à son compte ». Elle englobe de nombreux métiers. On est alors : maçon, couvreur, coiffeur, etc, etc.
  • L’ Artiste : on  peut également se qualifier en tant que artiste, selon son domaine de prédilection. On est alors : graphiste, compositeur, photographe, etc, etc.
  • Le commerçant : on se dit aussi commerçant, selon son choix d’activité principale. On est alors : revendeur, distributeur, etc, etc.
  • Le technicien : il se peut qu’on choisisse enfin de s’allouer la casquette du technicien, dans divers domaines d’ailleurs. On est alors : informaticien, électronicien, etc, etc.

« Commercial »

Les clients ne tombent pas du ciel !! Il faut donc s’armer de stratégies en tous genres pour se faire un nom, une clientèle et tant qu’à faire, tenter de la renouveler régulièrement. Au fond, cette casquette demande beaucoup de temps... temps improductif, il faut le savoir.

« Comptable »

Elle ne se fera pas toute seule, cette comptabilité ! Factures clients à établir, fournisseurs à régler, suivi de son compte en banque, paperasse administrative, etc, etc.  Travail plus ou moins important, selon le statut de l’entrepreneur.

« Dirigeant »

Parfois, des choix s’imposent : choix d’investir, choix des organismes qui nous entourent, etc, etc. ; c’est là qu’on endosse alors la stature de « dirigeant », pas toujours simple de prendre seul des décisions capitales pour la suite des évènements.

« Livreur »

Et oui ! il peut arriver d’avoir à effectuer des livraisons ! Nouvelle casquette, sauf si cela correspond à l’activité choisie :)

« Gérant »

Si l’entrepreneur est installé en entreprise, il se peut qu’il soit alors gérant. Le gérant, c’est le responsable de l’entreprise. Même si la fonction ne demande guère de temps, c’est une lourde charge financière sur ses épaules.

« Technicien de surface »

On a un local, pas forcément un technicien de surface... il peut donc arriver de devoir manier balais et époussettes.

« Coach »

Pourquoi ? Parce que la vie de travailleur indépendant sous-entend qu’on travaille seul et que, parfois, c’est d’un grand coup de pied au ... qu’on a besoin, pour se motiver les mauvais jours, pour savoir trancher et prendre les bonnes décisions. Pas toujours évident d’être coach de soi-même !

 

J’en oublie très certainement, je parle dans ce billet principalement de ma pratique.

L’entrepreneur, c’est donc celui qui englobe la totalité de ces casquettes.

Et au fond, c’est un bien joli terme et c’est une belle expérience de vie.

Publié dans Vie de l'entreprise

Commenter cet article