Lecture : le linguiste était presque parfait

Publié le par Reflet d'Expression

Je reprends la lecture, timidement, depuis l'été 2018... Assez difficile sur les thèmes, j'apprécie particulièrement les livres qui font sourire, les livres qui racontent des jolies histoires d'amis ou de familles... des livres qui finissent bien. Bref, des écrits pour me détendre et partager au fil des pages la vie de gens, dirais-je, normaux... ou pas ;)
 

Les romans policiers ou dramatiques ne m’intéressent pas, on en voit déjà bien trop sur les écrans, quels qu'ils soient, fictifs ou pas, des meurtres et autres événements tragiques. 

Pourtant, ce "Linguiste qui était presque parfait", et bien malgré quelques morts, m'a réellement amusé, par son humour noire un peu grotesque ! 
Un des livres de David Carkeet, de 2013. 

Synoptique : 
"On traite le séduisant linguiste Jeremy Cook de trou-du-cul devant l'une de ses charmantes assistantes, et tout fout le camp! D'autant que l'un de ses collègues de l'institut d'étude du langage des nourrissons, un individu discret et obsédé par l'étrange notion de « contre-amitié », vient d'être assassiné. Du jour au lendemain, Jeremy va devoir élucider un meurtre, rédiger une conférence dont l'intitulé change tous les matins, faire le joli cour et, plus important encore, découvrir - grâce à la linguistique et à quelques coups tordus - d'où sortent ces foutues rumeurs sur lui. Qui a dit que la vie d'un linguiste était un long fleuve tranquille ? David Carkeet crée un monde d'extravagances et d'antipathies, où se croisent un flic érudit dont la suffisance intellectuelle n'a d'égale que son aversion pour le crime, un directeur despotique dont les règles frisent la démence, et des chercheurs à l'esprit alambiqué. Dans la lignée de David Lodge, Joseph Connolly et Donald Westlake, Le linguiste était presque parfait nous entraîne au pays bizarre de la double négation et de l'énoncé performatif, où l'humour le dispute à la tragédie."

Je lui ai mis un 10/10 ;) 

Publié dans Lecture

Commenter cet article