Lecture : et pourquoi pas les romans non lus ?

Publié le par Reflet d'Expression

J'emprunte la plupart des livres à la médiathèque de Guingamp. Et pour mes choix : des recherches sur le net, des liens en fonction d'autres, des avis...
Et parfois, donc, des livres que je n'ai pas appréciés ou non terminés ou tout simplement non lus, parce que pas d'accroche pour moi. 

Né sous une bonne étoile, de Aurélie Valognes : Tout comme "Au petit bonheur la chance" et "La cerise sur le gâteau", toujours pas d'accroche au roman, trop long à se mettre en place, à mon sens. J'attends "Mémé dans les orties", à suivre donc. 

Une évidence, de Agnès Martin-Lugand : il m'a semblé, en ayant une fois de plus lu les quelques dernières pages avant d'en arriver au chapitre 4, que ce roman serait triste, tout comme le premier que j'ai lu de cette auteure (les gens heureux lisent et boivent du café). Ce n'est pas mon moment pour lire des choses tristounettes, j'ai besoin de rire ! Je l'ouvrirais à nouveau probablement plus tard. 

Chocolat, de Joanne Harris : le titre était trop alléchant pour ne pas craquer. Au bout de quelques pages, ce secret qui semble naître m'a fait perdre confiance en cette lecture. Est-ce qu'il y aura une fin ? Ces derniers temps, j'ai cette malchance de lire, écouter ou voir des romans sans fin, et ça, chacun y pensera ce qu'il veut, mais pour ma part, il manque quelque chose. Je me trompe peut-être sur cet écrit, en y passant outre. Tant pis pour moi ! 

Par les routes, de Sylvain Prudhomme : l'autostoppeur, l'autostoppeur, l'autostoppeur... je n'ai pas saisi si un dénouement pouvait exister, j'ai préféré renoncer avant d'être déçue de cette lecture, et d'une perte de temps, car je m'y ennuie. 

Au petit bonheur la chance, de Aurélie Valognes : cela devrait être une sympathique histoire, à en croire son succès. Mais trop de lenteurs pour moi, pas de fascination avec cette famille. L'histoire, tout du moins dans les premiers chapitres, me semble plate, sans profondeur. Je n'arrive pas à soupçonner l'évolution du roman. Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayer à plusieurs reprises de le lire. 

Sa majesté maman, de Anne Birkefeldt Radge : aucune idée de la raison pour laquelle je ne suis pas allée plus loin que la 10ème page. Le sujet. Il y a des livres, comme ceux-ci, qui n'éveille rien en moi. 

Les gens dans l'enveloppe, de Isabelle Monnin : un sujet excellent et fort original, je n'ai toutefois pas apprécié la tournure des histoires créées. 

Accès direct à la plage, de jean-Philippe Blondel : un titre qui m'a éveillé, bien sûr : la plage, allons-y ! Toutefois pas suffisamment enivrant, beaucoup de personnes, d'époques différentes. Ceux-ci se recoupent, je pense, au bout de quelques chapitres, toutefois trop spécial pour ma part. D'autres bons romans de cet auteur, c'est juste celui-ci qui ne m'a pas interpellé suffisamment.

Quand souffle le vent du Nord, de Daniel Glattauer : un beau titre, une écriture originale d'emails envoyés et reçus. Et malgré les avis positifs, pas moyen. Longuet et superficiel, et surtout une Emma me semblant vraiment pénible, je ne suis pas faite pour ce genre de roman. J'aurais peut-être dû persister. 

La Mémoire des embruns, de Karen Vigger : un roman adéquat pour les amoureux des grands froids et des vastes paysages. Malgré cela, je n'accroche pas. Au fond, je pense que l'histoire est un peu creuse, il faut surtout y apprécier la description des lieux. 

Une part de ciel, de Claudie Gallay : un bon sujet, mais l'ensemble me semblait trop long, une écriture original. J'ai renoncé au bout d'une cinquantaine de pages. 

Tout va très bien Madame la Contesse, de Francesco Muzzopappa :  Malgré une très bonne critique, pas moyen de m'enfoncer dans l'histoire, longue à démarrer, molle. Peut-être que l'ensemble du livre est excellent, et qu'il m'aurait fallu un peu de patience avant de le refermer au bout de 30 pages.

Mon midi, mon minuit, de Anna McPartlin : un livre qui aurait dû me faire pleurer de rire, mais les premières pages me font plutôt pleurer tout court. Un jour, je tâcherai de le lire.

Les yeux couleurs de pluie et Entre mes doigts coule le sable, de Sophie Tal Men : ceux-ci s'avèrent probablement de bon roman, mais il y a tant de personnages dès le début du livre, que je n'ai guère eu le courage de les mémoriser. A tenter plus tard, dans de meilleurs jours ;) 

La singulière tristesse du gâteau au citron, de Aimée Bender : long à démarrer, il me fait plus peur que sourire. Je dois manquer d'imagination pour cette lecture. 

Je n'ai pas toujours été un vieux con, de Alexandre Feraga : Ne me fais pas sourire, un peu de mal à lire la vie de personnes âgées me semblant tristes dans ce roman, alors que beaucoup d'auteurs en jouent au point de les adorer et de les vouloir tous pour grands-parents.  

Là-Batz, le roman d'une île, de Guénaëlle Baily-Daujon : des jolis textes, bien tournés, jolies expressions sur la mer, les îliens... un peu "interminable" à mon goût, ce qui rends l'histoire ennuyeuse pour ma part, je ne suis pas allée au bout.  

Pour l'amour d'une île, de Armelle Guilcher : une histoire qui doit être sympa, mais je n'aime guère les allers-retours dans le temps. 

Chère Mrs Bird, de AJ Pearce : probablement un bon bouquin, mais je n'accroche pas. Le prémisse plat ne m'a pas donné envie de continuer. 

Réponds si tu m'entends, de Marian Keyes : un très beau roman, très bien écrit, prenant... mais trop triste pour moi. A lire toutefois, je le recommande. 

Le monde selon Britt-Marie, de Fredrik Backman : humoristique et intrigant, j'ai pourtant renoncé au bout d'une trentaine de pages. Qui sait, je le terminerai peut-être un jour. 

Nom de jeune fille, de Françoise Bourdin : le sujet ne me mettait pas en joie. Pourtant j'ai apprécié de l'auteur "Rendez-vous à Kerloch". 

Venise n'est pas en Italie, de Ivan Calbérac : pas d'accroche pour moi, le sujet pourtant sympathique met du temps à s'amorcer. Je devrais peut-être persister un peu plus longtemps sur quelques chapitres supplémentaires. 

Sueurs froides sur le Goëlo, de Michèle Corfdir : trop d'intrigues, trop de méchancetés... d'ailleurs il est classé en "thriller psychologique". 

40 tentatives pour trouver l'homme idéal de sa vie, de Rachel Corenblit : non... peut-être parce que j'ai trouvé le mien ;)

Et soudain tout change, de Gilles Legardinier : et pourtant ! J'ai lu quasiment tous ses ouvrages, et il est pour moi le meilleur des écrivains, celui qui nous emmène voyager et nous fait rire de situations rocambolesques. Mais celui-ci, même si très beau, trop triste pour moi. 

Le mec de la tombe d'à côté, de Katarina Mazetti : pour avoir vu le film, le livre devait être agréable. Peut-être justement parce que j'ai vu ce film, que ce roman ne m'a pas interpellée, probablement le manque de dynamisme dans les premiers chapitres.  

Tout un été sans facebook, de Romain Puértolas : ah ! je pense être "trop âgée" pour cette lecture qui me dépasse, hors de mon domaine ;) 

Le magasin des suicidés, de Jean Teulé : je suis allée jusqu'à la fin, difficilement, un peu trop humour "noir", et finalement, je n'aurais pas dû perdre mon temps à le lire... Etrange. Un livre qui m'a bien perturbée.

Le temps est assassin, de Michel Bussi : long à lire, rempli d'intrigues... fermé par manque de courage ? Je finirai par le terminer... 

Miss Alabama et ses petits secrets, de Fannie Flagg : autant j'ai apprécié la dernière réunion des filles de la station-service, autant celui-ci... pas d'accroche, probablement cette histoire de suicide ;) 
Nouvelle tentative quelques mois plus tard... en vain. 

Publié dans Lecture

Commenter cet article