Lecture : la cerise sur le gâteau de Aurélie Valognes

Publié le par Reflet d'Expression

Bien je n'ai pas réussi à le lire jusqu'au bout. Et pourtant, j'ai essayé.

Cette opinion reste la mienne, ce livre plait beaucoup semble-t-il.

  • La retraite est décrite ici presque comme "une catastrophe". Peut-être cela en est une pour certains, mais tout de même, il y a pire !
  • Je trouve l'écriture dépourvue de style, peut-être trop simpliste. Je n'ai pas eu l'occasion de lire d'autres romans de Aurélie Valognes, et ne connais pas "sa plume". 
  • Je n'ai guère trouvé de fil conducteur, excepté la retraite bien sûr, mais je m'ennuie. La famille, les relations enfants/parents/grands-parents. L'histoire ne semble pas "décoller". 
  • Trop cliché sur les "sujets" actuels : obsession écologique, manger bio, huile de palme, recyclage en achetant que d'occasion, customisation, etc... Des sujets qui ont leur importance, certes, toutefois trop répétés dans ce roman à mon goût, j'ai cette impression de lire une "morale" plutôt qu'un roman.

4ème de couverture : 
La vie est mal faite : à 35 ans, on n'a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire… Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose. Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari ! Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage ! Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien… Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ? Un cocktail explosif pour une comédie irrésistible et inspirante.

Publié dans Lecture

Commenter cet article