Lecture : La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Publié le par Reflet d'Expression

Je me suis régalée.

Un petit livre avec des gens de tous les jours, avec leurs problèmes, leurs boulots, leurs amis (ou pas), leurs amours (ou pas).

Deux personnages, deux histoires. Je m'y suis tellement retrouvée. Malgré mes près de 20 ans de plus qu'eux. C'est ce que j'ai aimé dans ce livre. Qu'il existe encore des gens loin de notre ère moderne. Des gens simples. Qui tentent de vivre leur vie, comme ils peuvent.

L'épilogue est juste à croquer.

Les bonus sont excellents.

L'écriture est une petite merveille, à mon sens.

On ne rit pas, tel un Gilles Legardinier, mais on savoure. En tout cas, c'est ce que j'ai ressenti.

Je lui donne un 10/10.

4ème de couverture :
Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne sort pas beaucoup et n’aime pas se déguiser. Ce qu’elle préfère, c’est regarder le concours de Miss France à la télé en mangeant des palets bretons trempés dans du lait. Quand elle avait sept ans, Mathilde a été traumatisée par la mort de Romy Schneider. À trente-quatre ans, elle pense encore à Julien et Éléonore, sa meilleure amie, est décidée à lui trouver un bon parti. Lucien est pédiatre, il aime les films avec Jean-Louis Trintignant et Deauville. Il n’aime pas tellement danser. Ça remonte à son enfance, à l’époque des premières boums ratées. Chaque année, au Nouvel An, il envoie une carte de vœux à ses parents. À trente-cinq ans, il est célibataire. Il aimerait bien que ça change. Mais il n’est pas très à l’aise avec les sms, alors c’est pas gagné. Mathilde et Lucien habitent le même immeuble mais ne le savent pas. Un jour, le nouveau voisin les invite à sa soirée déguisée.

Publié dans Lecture

Commenter cet article