Lecture : Le baby-sitter de Jean-Philippe Blondel

Publié le par Reflet d'Expression

Une écriture à la façon d’un article de presse. On ne devient pas la « souris » qui accompagne ce héros malgré lui, mais on prend connaissance de ce morceau de sa vie comme des nouvelles, tout simplement sans avoir cette sensation de faire partie du roman.

C’est donc très différent de mes lectures habituelles, en étant tout aussi passionnant.

Ce n’est pas tant ce nouvel emploi qui est ici raconté, mais bel et bien les rencontres avec ses employeurs. Chacun portant un fardeau, plus ou moins léger, plus ou moins lourd. La fin est juste exceptionnelle. Ces quelques derniers chapitres sont présentés différemment, l’auteur nous ouvre les yeux, plus assidument, sur chaque personne. Et c’est surprenant, surprenant, comme cette fin. Finalement, il a une drôle de vie, Alex, et on l’imagine, néanmoins, heureux, avec cette volonté de s’en sortir de cette vie d’étudiant en galère.

Je lui donne un 8.5/10

4ème de couverture :
Dix-neuf ans. Étudiant. Pas d'argent. Pour pouvoir remplir son frigo et s'amuser un peu, il n'y a guère de solutions. Travailler dans un fast-food. Surveiller les activités périscolaires. Ou opter pour le baby-sitting. C'est ce que choisit Alex, finalement. Mais lorsqu'il dépose son annonce à la boulangerie du coin, il est loin d'imaginer la série de personnages qu'il va rencontrer, et à quel point cet emploi va modifier sa perception du monde. Il ne peut surtout pas se douter combien sa présence va influer sur la vie de ses nouveaux employeurs. Parce que, au fond, ce que l'on confie à un baby-sitter, pour quelques heures, c'est ce que l'on a de plus précieux, ses enfants, sa maison, le cœur même de son existence. Un roman sur les liens que l'on tisse et sur ceux que l'on tranche - et sur cette humanité qui tente, bon an mal an, de tenir et d'avancer, en rêvant de courir et de dévaler les pentes.

Publié dans Lecture

Commenter cet article