Argoat : rivières, torrents, sous-bois et arbres

Publié le par Reflet d'Expression

Argoat en Bretagne, foret, sous bois, arbres"La plupart des rivères bretonnes ont des trajets très courts, passant souvent sans transition du torrent à la ria. Sur la quasi-totalité de leur cours, ce sont donc des rivières dites de premère catégorie, aux peuplements dominés par les samonidés. Menacées par les pollutions agricoles, elles sont défendues avec ardeur par l'association "Eaux et rivières de Bretagne".
Des zones rapides et plus calmes se succèdent, abritant des formes de vie différentes :
Martin pêcheur d'europe, bergeronnette des ruisseaux, putois, loutres, visons et campagnol amphibie ; saumon de l'atlantique, truite en robe de parade et truite fario, anguille, goujon, vairon, chabot ...
L'aulne se plait au bord des eaux courantes et stagnantes.

Côté sous-bois, la Bretagne est l'une des régions les moins forestières de France, et doit au bocage une apparence boisée. L'aciditié des sols et l'influence atlantique ont toutefois donné à ses quelques massifs une physionomie original : il s'agir pour l'essentiel de chênaies-hêtraies dont le charme est pratiquement absent et où l'if, relique des boisements primitifs, est inhabituellement répandu.
La vie ne se résume pas aux seuls arbres, chevreuils et champignons ... De l'humus aux plus hautes frondaisons, une foule d'animaux et de plantes participent chacun à sa mesure à la perpétuation de la forêt.
On recense le polypode, petite fougère très commune sur les troncs moussus, la myrtille, le poltric, genre de mousses, et fleurs de printemps, comme la jonquille et l'euphorbe des bois.
Nombreux champignons, communs, savoureux ou dangereux.
Avec de la chance, on pourra rencontrer blaireau, campagnol roux, bécasse des bois, salamandre tachetée, orvet, grenouille rousse, et nombreux insectes.

Les arbres qui aiment l'humidité atmosphérique et qui supportent les sols acides se plaisent en Bretagne. Le climat doux permet à des espèces frileuses, comme le pin maritime, de s'y adapter. On rencontre fréquemment chênes rouvres ou pédonculés, pins sylvestres et châtaigniers. Le chêne, bois noble, est utilisé par les fendeurs et surtout par les charpentiers ; le châtaigner, de dimensions plus modeste et de qualité moindre, par les fagotiers, les cerclieres ou les feuillardiers. Le hêtre est le bois des charbonniers, l'orme et le frêne, ceux du charron.
Jadis, la construction d'un vaisseau nécessitait plus de 2000 chênes.
Le hêtre était utilisé par le sabotier, qui taillait une ébauche à l'aide de sa hache et de son paroir, creusait l'intérieur de la pièce de hêtre avec une gouge (ou cuillère).
Les tonneaux quant à eux, étaient faits de merrains en chêne maintenus par un cerclage en fer, soit de merrains en châtaignier associés à un cerclage de feuillard de châtaignier.
L'if : les Celtes prêtaient à ce bois, dont furent faits les arcs jusqu'au Moyen-Age, des vertus d'immortalité.

Source : "Bretagne - Edition Gallimard" - Un ouvrage à découvrir, à lire et à relire. Illustré par des nombreuses photographies, fort bien agencé".

Commenter cet article