La chandeleur en Bretagne

Publié le par Reflet d'Expression

chandeleur bretagneLe cierge de la Chandeleur est conservé précieusement. Quand le tonnerre gronde avec violence, on l'allume, on le place devant le rameau de laurier qui orne le bénitier et on récite une oraison à sainte Barbe. La maison est ainsi préservée de la foudre.

 

Dans la Loire-Atlantique, si on fait des crêpes ce jour-là, il ne faut pas en donner à emporter à d'autres personnes : ce serait porter la chance hors de la maison et ne pas la garder pour soi, mais on peut en donner le lendemain sans aucun inconvénient.

Aux environs de Rennes, on croyait que les mariages célébrés ce jour-là n'auraient pas de chance.

 

Les cierges bénits de la Chandeleur ont un pouvoir protecteur quand on les allume pendant l'orage, quand il y a un malade dans la maison, etc …

 

Si on mène les vaches dans les prairies après la Chandeleur "y aura point de fain (foin)". Il est d'ailleurs spécifié dans nombre de baux à ferme que les bestiaux ne pourront aller dans les prairies après le 2 février (à rapprocher le proverbe : manger son blé en herbe).

 

Aux environs de Dinan, on assure que :

Quand le Chandeleur est claire,

L'Hiver est en arrière,

Quand la Chandeleur est trouble,

L'Hiver est dans la douve.

 

Extrait du livre de Paul-Yves Sébillot "La Bretagne et ses traditions", aux éditionx Royer Mémoire vive – Maisonneuve & Larose.

 

Publié dans Bretagne historique

Commenter cet article

françoisC'est prématuré pour te souhaiter 02/02/2011 21:21


Ha! ces traditions!