Affiche et flyers Fest-Noz

Publié le par Reflet d'Expression

L'association pour la sauvegarde du Patrimoine de Trégrom s'est rapprochée de l'entreprise pour la conception graphique de ses supports de communication concernant le Fest-noz qu'elle organise. 

Couleurs tranchantes, orange sur fond noir, offrant à l'affiche une bonne visibilité. 

Impression des affiches et des flyers papier 135 gr couché brillant, et expédition.  

 

Publié dans Port-folio

Lecture : le jour où Anita envoya tout balader

Publié le par Reflet d'Expression

J'aurais voulu ne pas quitter Anita, Lukas, Emma, Pia... et les autres. J'aurais aimé les rejoindre à Karlskrona en Suède, être la serveuse du "Réchaud à alcool" pour partager ces moments de vies. 

J'ai apprécié le "tournant de vie" que Anita a décidé de prendre à 38 ans.

J'ai apprécié sa vie, sa petite ville, ses amies et amis si proches et sincères, les leçons de moto (qui m'ont rappelé les miennes), les paysages décrits et la fête de la ville.

Et bien sûr... Lukas ;) Car j'ai eu la chance de découvrir ce roman en l'écoutant et la narratrice était une véritable conteuse, Marie Bouvier : ses intonations de voix, accentuées différemment selon les personnages et les situations. Cela m'a fait entrer encore plus dans le roman et, bien évidemment, même si c'est "une" narratrice, elle a su faire en sorte que l'on tombe sous le charme et la gentillesse de Lukas. 

Bref, une histoire qui fait du bien. Un roman de Katarina Bivald, dont j'ai déjà lu et fort apprécié "La bibliothèque des cœurs cabossés. 

Je lui donne un 10/10.

4ème de couverture : 
L’été de ses 18 ans, Anita Grankvist s’était fixé trois objectifs dans la vie : apprendre à conduire une moto, acheter une maison et devenir complètement indépendante. Presque vingt ans plus tard, Anita est certes indépendante, mais n’a toujours pas réalisé ses deux autres rêves. Elle mène une petite vie tranquille, seule avec sa fille, et travaille au supermarché local. Le départ d’Emma pour l’université va bouleverser ce quotidien un peu plan-plan. Anita réalise qu’elle va devoir gérer quelque chose qui lui a cruellement manqué ces deux dernières décennies : du temps libre. Qu’à cela ne tienne, Anita commence à prendre des leçons de moto, se lance dans un projet impossible, apprend à connaître sa mère légèrement sénile, et tombe follement amoureuse. Finalement, n’est-ce pas merveilleux de réaliser ses rêves d’adolescence à l’approche de la quarantaine ?

Publié dans Lecture

Lecture : Poste restante à Locmaria

Publié le par Reflet d'Expression

Une jolie lecture écrite par Lorraine Fouchet, nous plongeant pour une balade sur l'île de Groix, dans le Morbihan.

On s'accroche très vite au personnage principal, Chiara, et on aurait aimé faire un bout de chemin avec elle à la rencontre des îliens, de leurs coutumes et des boites aux lettres originales.

On découvre, au fil des chapitres, un "avant" et un "après", un "il y a 25 ans" et un "aujourd'hui". Il faut donc prendre le rythme et s'habituer à ce style d'écriture, et ne pas en perdre le cap. 
Et lorsque tout se relie, l'histoire devient alors une petite merveille, qui offre un savant mélange de sourire, de tristesse et d'espoir aux lecteurs. 

La façon dont ce livre est écrit est remarquable : le premier chapitre de 3 pages rappelle, en presque fin de lecture, le dernier chapitre de 3 pages. Et là... Personnellement, j'ai mis 1 semaine avant de lire ces derniers feuillets. 

4ème de couverture : 
Élevée dans le culte d'un père mort avant sa naissance, Chiara découvre, à l'âge de 25 ans, qu'elle est peut-être la fille d'un marin breton. Sous le choc de cette révélation, elle embarque pour l'île de Groix et fait la connaissance de Gabin, prête-plume d’écrivains célèbres, qui devient son compagnon de fortune. Mais ce séduisant jeune homme, arrivé comme elle de la "grande terre", est-il vraiment celui qu'il prétend être ? Et Chiara reviendra-t-elle indemne de son enquête insulaire ? 


Je lui donne un 8,5/10

Publié dans Lecture

Référencement naturel des sites internet : ça coince :'(

Publié le par Reflet d'Expression

Des analyses menées par Rand Fishkin et Jumpshot montrent que le taux de clics (CTR) sur les résultats organiques de Google décline sur desktop et mobile. Une tendance qui concerne autant l’Europe que les États-Unis.

>> En savoir plus

Lecture : Chez les anges

Publié le par Reflet d'Expression

Chez les Anges Marian Keyes

J'avais eu écho d'un bon romain et je me suis installée bien au fond de mon fauteuil pour le découvrir.

J’ai apprécié :

  • la description, que j’espère parfaite, de la Californie, de Santa Monica et de Sunset boulevard,
  • le témoignage de cette vie « dingue » et si différente de la France,
  • la « vérité » sur la vie complexe du monde de Hollywood.

J’ai quelque peu moins apprécié :

  • L’histoire, probablement « trop jeune » pour moi,
  • ces personnages qui font la fête jusqu’au petit matin, alcool et cigarette à gogo,
  • un roman trop superficiel. 

Bref, j'ai eu peine à en connaître la fin, et je n'ai pas ri ;) 
Mais sans critique, il pourra plaire à beaucoup d'autres. 

Je lui met un 5/10.

4ème de couverture : 
Maggie Walsh voit le ciel pluvieux de Dublin lui tomber sur la tête quand elle apprend, le même jour, son licenciement et l'infidélité de son mari. Sa petite vie qu'elle croyait parfaite tourne au désastre. Une seule solution: la fuite! Elle s'envole donc pour Los Angeles retrouver sa meilleure amie Emily, scénariste en mal de réussite. Entre fascination et stupéfaction, Maggie découvre la vie branchée et délirante de la Mecque du cinéma. Un endroit magique où la manucure est un art majeur, où toute marque de bronzage est formellement proscrite et où même les palmiers sont minces. Une nouvelle ère commence alors pour la jeune femme prise dans ce tourbillon superficiel...

Publié dans Lecture

Lecture : Quelqu’un pour qui trembler

Publié le par Reflet d'Expression

Tout comme les 4 autres romans de Gilles Legardinier que j’ai eu la chance de lire, c’est avec un grand plaisir que j’ai savouré celui-ci.

Même sonorité, même ambiance, même tendresse...

Une nouvelle petite merveille dans laquelle je me suis plongée, pour me retrouver à nouveau au sein d’une « nouvelle famille », le temps de quelques centaines de pages.

  • Parfois, moi-même j’ai un peu « tremblé » pour Thomas, pour M. Ferreira, et pour Attila.
  • Parfois, j’ai eu les larmes aux yeux, de savoir Thomas, Emma et Romain malheureux.
  • Parfois, j’ai ressenti de profondes émotions, en imaginant le chant de Michaël, en ayant craint pour Z33.
  • Et parfois, je souhaitais lire encore plus vite, tant j’étais impatiente de découvrir l’avenir de cette grande « fratrie ».
  • Et pour terminer, c’est si souvent que j’ai ri, lors des aventures inédites des retraités si sympathiques, des situations improbables et totalement loufoques ! Une belle chose également que de découvrir la vie quotidienne d'un petit village en Inde.

J’ai apprécié comme toujours donc ce bel ouvrage, avec comme une envie de le lire à nouveau, d’ici très très peu de temps.

Je lui donne la note de 11/10.

4ème de couverture : 

Comment être un père quand on arrive vingt ans après ? Pour soigner ceux que l'on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu'il apprend que la femme qu'il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent.Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n'importe quel inconnu. Est-il possible d'être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l'aide de ceux que le destin placera sur sa route.

Publié dans Lecture