La Bretagne dans tous ses objets (16 et fin)

Publié le par Reflet d'Expression

Pour plus d'informations sur ces objets et le livre de Jacques Péron : > ICI <

 

GWENN HA DU :

Blanc et noir, avec hermines, le drapeau breton s'est hissé au plus haut de la conscience des Bretons au point d'y avoir acquis une position inexpugnable.

LE PINCEAU :

La Bretagne terre des peintres, cela est acquis, mais l'on sait moins qu'elle est aussi terre de pinceaux, avec les fabrications de Raphaël, Art et Léonard à Saint-Brieuc.

QUILLES, BOULES, PALETS ...

Palets, boules et quilles se jouent encore dans toutes leurs variantes, comme si l'on refusait de perdre ces jeux d'origine.

LE CHEQUE CMB :

La Bretagne n'est pas l'Ecosse et la Banque de Bretagne ne frappe pas monnaie même si, le temps d'une fête à Spézet, on compte et on paie en lurs.

 

LE MINITEL :

L'implantation des Télécom à Pleumeur et Lannion, puis autour de la faculté des Sciences à Rennes, à une époque où personne n'y croyait, à donné le jour au Minitel.

Marque page et banderole pour "Plouézec Espéranto"

Publié le par Reflet d'Expression

L'assocation "Plouézec Espéranto" s'est rapprochée de Reflet d'Expression pour la création de marques pages personnalisés.
marque-page personnalisé
Aux couleurs de l'Espéranto, une touche de Bretagne : le moulin de Craca et la commune de Plouézec sont ainsi mis à l'honneur.

Impression sur papier 280 gr, pelliculage recto/verso pour une utilisation quotidienne.

 

Banderole bacheL'association a confié également la réalisation d'une banderole de 5 m de long, pour souhaitez la bienvenue aux visiteurs lors de la manifestation annuelle.
Banderole imprimée sur toile bâche M1.

Livraison de l'ensemble.

 

 

Publié dans Port-folio

17 mars : Bonne fête de Saint Patrick !!

Publié le par Reflet d'Expression

Spt2-copie-1.jpgOn s'habille de vert, couleur du trèfle et du printemps, on porte fièrement un trèfle à sa boutonnière, pour ce jour de fête de la Saint Patrick, "patron de l'Irlande", fête célébrée par les Irlandais et les "Irlandais expatriés, de descendance irlandaise, etc  …" dans de nombreux pays du monde.

C'est une fête chrétienne (catholique) à l'origine, mais chrétiens ou pas, c'est une journée fêtée en toute convivialité, joyeusement, honorée par des parades et célébrée autour de mets et boissons irlandaises (bière et stout irlandais, entre autre !)

Et c'est le printemps que l'on peut percevoir dans les yeux enjoués des "Irlandais" !

 

 

 

stp1.jpgLe Leprachaun (de l'irlandais Lechorpan), petit personnage s'identifiant aux Elfs, est associé à cette fête, il apporterai fortune et chance, tout comme le trèfle à 4 feuilles.
Il a l'apparence d'un homme âgé, il est farceur et malicieux.

De nombreuses légendes se sont "écrites" autour de Saint Patrick :

. Le trèfle, l'emblème national de l'Irlande … employé pour expliquer la représentation de la Sainte Trinité : le Père, le Fils et le Saint Esprit.

. Saint Patrick, en refoulant les serpents de l'Irlande qui sombrirent dans l'océan, aurait expulsé les païens hors d'Irlande.

Un peu d'histoire …

Saint Patrick, de son vrai nom Maewyn Succat, est né aux environs de 385 en Bretagne Insulaire.

Selon la légende, c'est à l'âge de 16 ans, en 405, qu'il aurait été enlevé par des pirates irlandais, pour devenir berger, esclave pour le compte d'un clan irlandais.
Il rencontra alors Dieu et devint un chrétien fidèle.
Il fini par s'échapper, vers 411, et débarque en Angleterre, puis en France, où il devient prêtre.

En 432, il retourne parcourir l'Irlande pour y faire bâtir des monastères, des églises et des écoles.
Il était connu pour sa bravoure et sa générosité.

Il meurt le 17 mars 461 à Downpatrick après de longues années d'évangélisation.

Saint Patrick est le missionnaire qui a converti l'Irlande au christianisme avec de nombreux monastères, sans compter un seul martyr.

Pour les catholiques romains, Saint Patrick est le saint patron de l'Irlande et des ingénieurs.

stp.jpg

 

 

Bonne fête !

Au lendemain de la guerre, révolution électronique et agro-alimentaire

Publié le par Reflet d'Expression

Pleumeur bodou Lannion Au lendemain de la guerre, mal desservie par la route et la voie ferrée, sans port moderne à proximité, Lannion présente de nombreux signes de déclin.


La ville est dominée par une bourgeoisie provinciale de professions libérales, d'enseignants et de commerçants.


Dans l'ensemble du Trégor, les activités industrielles sont en recul et l'agriculture décline, avec la crise de la production et de l'artisanat du lin, qui avaient apporté une belle prospérité et vont disparaître dans les années cinquante.


L'émigration des jeunes, qualifiés ou non, devient inquiétante.

 

Ci-contre, une photo qui a fait le tour du monde ou presque !

 


Le Trégor traditionnel rencontre la modernité : Pleumeur-Bodou, 1962.


Un mariage généralement perçu comme harmonieux.

 

 

Source texte et photo :
Le Trégor – Editions Palantines – Yves Coativy et Jean-Jacques Monnier

Paru en Presse : Le site de la commune de Paule par Reflet d'Expression

Publié le par Reflet d'Expression

"Le Poher", journal hebdomadaire du centre Bretagne, a publié, dans son édition du 09 au 15 mars, un article informant sur le site internet de la commune de Paule.

journal_paule.jpg

 

Le site internet de la commune a été présenté par le Maire.

Visitez le site internet de la commune de Paule : paulecommunedebretagne.fr

réalisé par Reflet d'Expression.

Ils ont bâti la Bretagne : Jean-François Le Bras, dit Anatole Le Braz

Publié le par Reflet d'Expression

anatole le brazFils d'instituteur, Anatole Le Braz se destine à l'enseignement après de brillantes études.

Professeur à Quimper, puis à l'université de Rennes, toute son activité littéraire de conteur et de poète, sous le nom d'Anatole Le Braz, sur les grands thèmes de la nature, de l'amour et de la mort, est consacré à la Bretagne qu'il veut "armoricaine".

Bretonnant, Anatole Le Braz popularise les légendes et les chansons des veillées et des pardons du Trégor et de Cornouaille, qu'il se fait conter par Marc'harid Menguy, dans sa petite maison de Port-Blanc.

En celtique érudit, Anatole Le Braz collabore à toutes les grandes revues de son temps, et son oeuvre, très abondante, essentiellement régionale, en fait l'un des plus grand écrivains de la Bretagne.
Il est surtout connu pour sa "Légende de la mort chez les Bretons armoricains" en 1893 (2 vol.) et "Au Pays des pardons" en 1894, mais aussi par ses "Contes du soleil et de la brume", un roman "Pâques d'Islande" en 1897 et par son "Théatre celtique" en 1905.

 

Source du thème > ICI <