Bretagne, héritière des traditions druidiques et celtiques

Publié le par Reflet d'Expression

Longtemps isolée, la Bretagne est restée une terre peuplée de légendes, de mythes et de superstitions.

Bienveillants ou maléfiques, une multitude d'esprits, de gnomes, de fées ou de fantômes peuple le folklore paysan en compagnie des princes, magiciens, rois ou nobles dames d'antan.

  • Brocéliande, sombre forêt où se déroulèrent maintes aventures du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde ...
  • La presqu'île de Penmarch, et le site des amours tragiques de Tristan et Yseult.
  • Sur l'île de Sein, au large de la baie d'Audierne, on prétend par exemple que la vision matinale d'un gigantesque vaisseau fantôme perçant les brumes annonce un prochain naufrage.
  • ...

Les lutins et les gnomes, qui abondent en Bretagne, se nomment ici Korrigans, farfadets, korils ou poulpiquets.

Habituellement bénéfiques, ces créatures se révèlent parfois capricieuses, voir jalouses ...
On prétendait autrefois qu'on pouvait les apercevoir gambadant et dansant sous la lune ...

Extrait de "l'Art de vivre en Bretagne" - Editions Flamarion - Pierre Deux.

Abers, dans le secret de Benoît, Wrac'h et Ildut

Publié le par Reflet d'Expression

phare-ile-wrach.jpg"Un ruisseau vif-argent se glisse au bas de prairies où passent de paisibles bovins.
Comment prendre au sérieux une si petite rivière, que ce soit à Pont-Reun, au moulin du Châtel ou au Diouris ?

Pourtant, ces trois lieux-dits marquent le point où chacun des trois abers de la côte nord-ouest du Finistère se met à rêver de grandeur.
Ici, l'aber Ildut, l'aber Benoît et l'aber Wrac'h changent de lit pour de grandes épousailles avec la mer d'Iroise.
L'eau douce et l'eau salée vont se fondre sans qu'aucune ne perde son identité.
Ensemble, elles vont déterminer un milieu naturel unique où se marient terre et mer..."

Partez à la rencontre de ces Abers dans l'ouvrage "ABERS, Dans le secret de Benoît, Wrac'h et Ildut", de hervé Quéméner et Jean-Yves Guillaume, aux éditions Géorama.

Un livre magnifique réunissant de superbes illustrations, des textes qui vous emporteront dans ce pays et des idées de balades pour découvrir ces endroits magiques et uniques.

ci-contre : le phare de l'île Wrac'h (Photo Reflet d'Expression)

Le Parc d'Armorique dans le Finistère

Publié le par Reflet d'Expression

les monts d'ArréeLe Parc d'Armorique n'est pas entouré d'un enclos, et sa frontière n'existe que sur les cartes.

Il s'agit d'un parc "naturel" formé en 1969, des monts d'Arrée à l'île d'Ouessant, par 33 communes associées au département du Finistère et à la ville de Brest.
Son objectif est la sauvegarde de ce qui peut l'être, et la sensibilisation de l'opinion par des réalisations originales.

 

D'une superficie d'environ 75000 hectares, ce parc comprend à la fois des régions terriennes et maritimes.

Il se subdivise en 4 secteurs :

- la région des monts d'Arrée, le plus vaste,

- l'estuaire del 'Aulne, avec le Menez Hom,

- l'extrémité de la presqu'ile de Crozon

- les îles d'Ouessant et Molène.

Source : Aimer le Finistère, de Michel Renouard - Editions Ouest-France

Le Finistère

Publié le par Reflet d'Expression

Le finistèreDans cet écrin d'or et d'émeraude que constitue l'Armorique, le Finistère est le plus pur joyau, ce pays bien-nommé et bien-aimé, ce Bout du Monde, ce point final.

C'est ici que les marins et aventuriers, "routiers et capitaines", allaient repartir pour quelques plus lointain Occident ou quelque Nouveau Monde.


Ce site est exceptionnel, placé au bout de jonction de l'océan Atlantique et de la Manche, il est , depuis toujours, un des plus fébriles carrefours du globe.
Tous les vaisseaux de l'histoire, tous les galions, toutes les caravelles se sont croisés au large de cette ultime langue de terre.

Mais le Finistère, c'est aussi une série de prodigieux paysages, les plus saisissants paysages d'Armorique se trouvent bien ici, tout au long de cette côte qui, sur 500 kms, s'étire, violente et tourmentée, du Pouldu à Locquirec :

Les étendues de la baie d'Audierne et du pays bigouden, les rocs du cap Sizun et de la pointe du Raz, la mystérieuse baie de Douarnenez, les âpres falaises de Crozon, le tourmenté pays des abers ...

Sans oublier les îles : les Glénan, Sein, Molène, Ouessant et même Batz ...

 

Le finistèreLe Finistère offre également un tout autre visage, tout aussi sauvage mais plus rural : celui de la Bretagne intérieure, de ses forêts et de ses belvédères.

Le Finistère est remarquable pour sa collection unique d'enclos paroissiaux et, par de remarquables monuments de la préhistoire.

Le Finistère : un mariage de la terre et de la mer.

Source : Aimer le Finistère, de Michel Renouard - Editions Ouest-France

Brochure format A5 "Evaluation mutilocale Tomate F1 Garance"

Publié le par Reflet d'Expression

L'EPLEFPA Châteaulin-Morlaix-Kerliver, Lycée Agricole de Suscinio, situé à Morlaix, s'est rapproché de Reflet d'Expression pour la conception graphique et l'impression de brochures concernant "l'évaluation multilocale Tomate F1 Garance".

tomate.jpg
Création graphique de la première page de couverture, mise en page des textes et graphiques remis par le client, insertion des photographies.
Présentation de maquettes, modification au besoin.

L'impression a été réalisée sur papier 135 gr couché brillant, quadri couleur recto/verso.
Livraison directe chez le client.

N'hésitez pas à prendre contact avec Reflet d'Expression pour toutes conceptions graphiques et mises en page de vos documents de communication.

Publié dans Port-folio

Ils ont bâti la Bretagne : Maurice dit Morvan Marchal

Publié le par Reflet d'Expression

morvan marchalArchitecte né en 1900 à Vitré, créateur du Gwenn ha du.

Après des études à Rennes et à Paris, Maurice Marchal devient professeur à l'école des Beaux-Arts de Rennes.
En 1918, il fonde avec Job de Roincé le mouvement "Breiz Atao" (Bretagne toujours) et le journal du même nom.
C'est en 1923, qu'il imagine le drapeau à cinq bandes noires (évêchés gallos) et quatre bandes blanches (évêchés bretonnants), qui est inauguré sur le pavillon de la Bretagne à l'exposition de 1925 et qui devient le drapeau officiel de la Bretagne.
En conflit avec Olier Mordrel, Morvan Marchal quitte "Breiz Atao" en 1928 et publie en 1932 son ouvrage "L'Art breton", aujourd'hui quasi introuvable.

 

Source du thème > ICI <