78 articles avec bretagne historique

Ils ont bâti la Bretagne : Vénètes, peuple celte armoricain

Publié le par Reflet d'Expression

venetes - photo source enguerrand.gourong.free.frSans doute les plus anciens Armoricains et, selon César, les plus puissants.

Arrivés par mer plus de 1200 ans av. JC, leur territoire s'étendait peut-être de l'estuaire de la Loire à la pointe de l'Armorique, mais ils ont dû laisser de la place à de nouveaux arrivants et leurs limites à l'époque remaine se situaient vraissemblablement de la Vilaine à l'Ellé.
La capitale, "Veneda" aujourd'hui confondue avec Vannes (Darioritum), aurait pu se situer selon certains auteurs plus près de la Loire, à l'entrée d'un vaste golfe comblé depuis.
Plusieurs villes vénètes occupent des promontoires ou des estuaires : Pénestin, Arradon, Locmariaquer, Quiberon, Ploermeur, Groix.

De nombreuses traces d'occupation montrent aussi une pénétration plus en profondeur au Faouët, à Lignol, Malestroit, Plaudren, Pluherlin, Pluvigner ...
Mais les Vénètes sont surtout marins et possèdent une flotte redoutable.
Ils ont des relations commerciales pacifiques (sel, métaux, denrées) avec les peuples voisins, mais aussi avec les Romains et les Phéniciens.

Cela peut remettre en question la grande bataille navale rapportée par César en 56 av. JC, mais jamais localisée.
Si celle-ci a bien eu lieu, c'est sans doute à proximité d'un port vénète (Locmariaquer ou Guérande ?), plus probablement entre Saint-Gildas-de-Ruys et Arzon.
Faute d'un vent suffisant (?), le combat aurait entrainé la déroute et la mise en esclavage des Vénètes, suivies par la colonisation romaine.

Plus d'informations à lire > ICI <

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Conan Mériadec

Publié le par Reflet d'Expression

Illustration extraite de Pitre-Chevalier (op. cit). Source ACADEMIA-CELTICAAu IVème siècle, Conan Mériadec est le roi légendaire de l'Armorique bretonne.

Selon l'histoire légendaire bretonne, mise en forme au XIIème siècle par Geoffroy de Monmouth, Conan serait un chef breton insulaire passé sur le continent en 383, avec l'armée de Maxime, général romain, usurpateur de l'Empire.

Un temps victorieux et même maître de Rome en 388, Maxime est victime de la réaction de Théodose, et ses Bretons, livrés à eux-mêmes, se replient en Armorique, que Maxime aurait concédée à Conan en récompenses de ses services.

Reconnu roi, Conan s'installe à Nantes, appelle en Armorique des femmes de Bretagne insulaire, fonde des églises, établit des diocèses, publie des réglements pour la navigation et la défense des côtes, installe des officiers ...

Cette transposition mythique de la migration bretonne vise à doter la monarchie bretonne d'une véritable antiquité, puisque Conan, premier de la lignée des rois de Bretagne, est censé avoir régné un siècle avant Clovis.

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Claude de France

Publié le par Reflet d'Expression

Claude de France, source WikipédiaDuchesse de Bretagne, reine de France en 1514

Fille aînée d'Anne de Bretagne, issue de son second mariage avec Louis XII, héritière du duché de Bretagne, elle fut donnée en mariage à François de Valois appelé à recueillir le trône de France.
Il obtint d'elle la donation du duché en usufruit.

Douce et cultivée, elle n'avait pas la combativité de sa mère. Elle eut cinq enfants et,  à sa mort en 1524, à l'âge de 25 ans, elle légua la Bretagne à son fils, François.
Le roi en garda l'administration.
L'union définitive de la Bretagne au royaume de France ne survint qu'au lendemain du Traité d'union, signé à Nantes en août 1532.

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Pierre Choque, dit "Bretagne"

Publié le par Reflet d'Expression

Ces peintures, réalisées par Pierre Choque en 1514 pour le reliquaire de la reine Anne, représentent la chapelle ardente du couvent de Carmes de Nantes - Source L'Internaute - © Nantes/BibliothèqueEntre 1450 et 1530, Pierre Choque fut le "Héraut d'Anne de Bretagne".

Au Moyen-Âge, les hérauts jouaient un rôle important auprès des ducs de Bretagne.
Ils étaient chargés de les accompagner dans les cérémonies, de transmettre leurs ordres et parfois de négocier pour eux certaines affaires.

Leur nom indiquait souvent le prince qu'ils servaient : ainsi "Bretagne", dont le véritable nom était Pierre Choque, était le héraut de François II, avant de devenir le premier héraut et roi d'armes d'Anne de Bretagne.

Celle-ci lui confiait souvent des missions délicates, mais il fut aussi son chroniqueur remarqué avec des récits, comme "Le discours et pompes funèbres de très chrétienne et illustre princesse Anne" (...), qui relate la mort d'Anne de Bretagne et "Le Naufrage de la Cordelière", le vaisseau qu'elle avait fait construire.

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Erwan Berthou

Publié le par Reflet d'Expression

Erwan BerthouNé en 1861 à Lancanaf en Pleubian, décédé en 1933 à Pleubian.

Après le petit séminaire de Tréguier et le collège de Lannion, Erwan Berthou s'engage dans la marine nationale pour 5 ans et visite l'Afrique, la Chine et les Antilles.
Puis il travaille dans des entreprises de constructions mécaniques au Havre et à Paris.
Il essais, sans succès, d'exploiter la ferme familiale. Il participe à tous les mouvements régionalistes de l'époque.

En 1913, il devient grand druite du "Gorsedd" des bardes.
Son oeuvre en breton est importante : "Dre an delen hag ar c'horn-boud", "Istor Breiz", "Lemenik skouer ar Varzed" ...

Le Trégor à travers les champs rassemble des souvenirs qui constituent une série d'articles, publiés dans la revue "Le Clocher breton", en 1911.

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : James Bouillé

Publié le par Reflet d'Expression

james bouilléNé à Guingamp en 1894, décéde à Malestroit en 1945.
Après des études à Paris, James Bouillé s'intéresse au nouvel art breton fait de tradition et de simplicité, mais dans lequel il intègre l'expression de sa foi chrétienne.

Parmi ses oeuvres importantes, on peut cité :
- l'église Notre-Dame de Compostal à Rostrenen,
- L'église Saint-Joseph à Lannion,
- l'église de Pleubian,
- la chapelle de Loguivy,
ainsi qu'un nombre respectable de villas sur les côtes du nord de la Bretagne.

Il s'est aussi intéressé à la sculpture, la céramique et au mobilier breton.

Membre des "Seiz Breur", il fonde avec Xavier de Langlais en 1929 l'Atelier breton d'art chrétien.

En 1941, il prend la direction de l'association "Bleun-Brug", ce qui l'amène à participer au Comité consultatif de Bretagne, source de difficultés politiques qui minent la vie de ce grand artiste à la Libération.

Source du thème > ICI <

<< < 10 11 12 13 > >>