78 articles avec bretagne historique

Ils ont bâti la Bretagne : Marguerite Philippe Fulup, dite Marc'harid

Publié le par Reflet d'Expression

37825610.jpgNée et décédée à Pluzunet (1837-1909), Marc'harid était conteuse.

Totalement illetrée, mais douée d'une mémoire prodigieuse, elle connaît à la perfection plus de 300 contes ou chants bretons qu'elle récite à l'occasion dans les fêtes populaires locales.

Remarquée par Anatole Le Braz, elle devient une source d'information irremplaçable pour lui et pour François Luzel, sur tout ce qui constitue la tradition orale du Trégor.

Grâce à elle, beaucoup de ce qui concerne les croyances, les légendes et les traditions de la Bretagne ancienne a pu être conservé et servi de base aux travaux de ces auteurs.

Une statue la représentant a été érigée au bourg de Pluzunet.

Photo : JLMEVEL

 

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Michel Le Nobletz

Publié le par Reflet d'Expression

nobletz7.jpgMissionnaire diocésain né en 1577 à Plougerneau au manoir de Kerodern, il meurt en 1652 au Conquet.

Après des études à Ploudaniel, puis à Bordeaux, Michel Le Nobletz reçoit la prêtrise en 1607.
Après des séjours successivement à l'île-Molène, Ouessant, Batz, Lochrist (Le Conquet), Landerneau, sa vocation de missionnaire éclate.

Il parle breton et utilise des tableaux imagés (taolennoù) pour mieux faire passer son message religieux auprès des paroissiens illetrés.

Toute sa vie, il prêche ou enseigne le catéchisme en insistant sur les dangers qui guettent l'homme.

On le voit à Quimper, Le Faou, Concarneau, Pont-l'Abbé, Audierne, l'île-de-Sein, Douarnenez, puis il revient dans le Léon, au Conquet, mais à 72 ans, épuisé et malade, il meurt saintement. Il est inhumé à Lochrist (Le Conquet).

Source photo : http://www.geocaching.com/seek/cache_details.aspx?guid=81de43bd-acc1-41b1-bb31-5b04f84c22e0

 

Source du thème > ICI <

Les êtres fantastiques des nuits en Bretagne

Publié le par Reflet d'Expression

êtres maléfiques en bretagneLes fées, les lutins, les sirènes, personnages mythologiques, se retrouvent dans de nombreux pays et appartiennent à des catégories d'êtres surnaturels assez précises. […]

 

Parmi ces êtres fantastiques :

- Kollé-Porh-en-Dro , le taureau de Porh-en-Dro, qui était la terreur des gens du bord de la mer vers 1860, dit Zacharie Le Rouzic.

- Le Gaopour (le moqueur), qui se changeait en chat, en cheval ou en autres animaux.

- Poatr-Pen-er-Lo, qui se laissait prendre sous la forme d'un gros poissons, puis redevenait homme et partait en riant.

- Paotr en Treih Brah (le gras de la Grande-Côte), qui se contentait de se transformer en taureau.

- Mourioche, nom d'un être protéiforme qui se promenait la nuit dans la partie Est des Côtes-du-Nord.

En dehors de ces cinq êtres étranges […], il y en a des quantités d'autres […] :

- plus de 20 dans le Pays de Carnac,

- les crieurs, houpeurs et siffleurs de nuit,

- le huitellour noz, dans le sud de la Cornouaille et dans le Vannetais,

- le patou de nuit, à Donges,

- Le buguel noz, à Bubry, ou il porte un énorme chapeau qui le couvre entièrement,

- les lumineux, êtres assez étranges qui apparaissent la nuit sous une forme lumineuse (l'Ankelc'her, l'éclairoux, le goulouier-noz, le fumou, à Rochefort-en-Terre, et le porte-brandon, enfant qui porte à la main un tison et le tourne comme une roue enflammée.

 

Et d'autres :

- Le Paotr at voutou coat (le gars aux sabots), dans les rues de Morlaix,

- le ronjous, Dinan,

- la groah sadorn d'en noz (la sorcière de la nuit du samedi), dans le pays de Languidic,

- le bom noz, en Basse-Bretagne,

- le mac'héric, le mousteric et le peson, lutins ou esprits,

- le faudou ou foulou, en Haute-Bretagne, qui hante les greniers à foin,

- Le Beker-noz, à Saint-Pierre-Quiberon,

- la scrigerez noz, dans les campagnes, qui vous poursuit. […]

 

Ah ! combien il était prudent et sage de rester tranquillement chez soi, quand, la nuit, la campagne bretonne était peuplée de tant d'êtres mystérieux. […]

 

Extrait du livre de Paul-Yves Sébillot "La Bretagne et ses traditions", aux éditionx Royer Mémoire vive – Maisonneuve & Larose.

Les pardons en Bretagne

Publié le par Reflet d'Expression

 pardon en bretagneLes Pardons tiennent une grande place dans la vie spirituelle et familiale des Bretons […]

 

De l'encens flotte dans l'air et le chant des cantiques se mêle à la grande voix des cloches. Les autels sont ornés de fleurs ; souvent, les statues sont habillées, pour ce jour-là, garnies de rubans ou de petits miroirs. […]

 

Le retour du Pardon se terminait jadis par des beuveries de cidre et d'eau-de-vie, et aussi par des batailles. […]

 

Il y a aussi un certain nombre de Pardons auxquels on conduit les animaux :

 

- Les Pardons pour les chevaux, dont Saint Eloi est presque partout le patron, […]

- les Pardons des bestiaux, […]

- les Pardons pour d'autres animaux : les chiens, pour les préserver de la rage, les porcs, qui ont aussi leur protecteur, Saint Antoine. […],

- les Pardons pour les oiseaux. […]

 

Extrait du livre de Paul-Yves Sébillot "La Bretagne et ses traditions", aux éditionx Royer Mémoire vive – Maisonneuve & Larose.
Source photo : cartes-postales.delcampe.net

Ils ont bâti la Bretagne : Emile Souvestre

Publié le par Reflet d'Expression

emile-souvestre.jpgSon père était ingénieur des Ponts et Chaussées.

Il étudie au lycée de Pontivy et passe une licence de droits à Rennes.

Il fonde la "Revue de l'Ouest" en 1830 et devient rédacteur en chef du journal "Le Finistère" en 1832.

Après un court passage dans l'enseignement, il se lance dans le roman régionaliste.
Citons :
"Le Mendiant de Saint-Roch",
" Les Derniers Bretons",
"Un philisophe sous le toit",
"Mémoires d'un sans-culotte bas-breton" ...

Il écrit dans diverses revues, compose des contes (Le Foyer Breton), des vaudevilles, comédies et drames.

Emile Souvestre échoue en politique en 1848 et devient professeur à l'Ecole d'administration à Paris.

Ses "Causeries historiques et littéraires" l'encouragent à créer des écoles à Vevey, Lausanne et Genève.

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Jean-Marie Le Bris

Publié le par Reflet d'Expression

LeBrisFili36.jpgPrécurseur de l'aviation, né en 1817 à Concarneau, décédé en 1872 à Douarnenez.

Fils de marin-pêcheur, Jean-Marie Le Bris s'établit capitaine caboteur à Douarnenez.
En observant les oiseaux, il a l'idée d'une sorte de planeur inspiré du cerf-volant. Il fait décoller un premier engin tiré par un cheval rapide en 1856, sur la plage de Tréfuntec en Plonevez-Porzay et c'est un succès.

En 1863, avec l'aide du photographe Nadar et du journal brestois l'Armoricain, il se livre à de nouveaux essais sur le cours Dajot et au polygone de la marine, qui se révèlent décevants.

Il abandonne et s'engage comme franc-tireur pendant la guerre de 1870.

Revenu à Douarnenez comme agent de police, il meurt des suites d'une agression.

Source photo : http://www.aerostories.org/~aerobiblio/article756.html

 

Source du thème > ICI <

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>