78 articles avec bretagne historique

Ils ont bâti la Bretagne : Joseph, dit Jos Le Doaré

Publié le par Reflet d'Expression

jos.jpgFils d'un "cartographe" qui habitde Châteaulin, puis Pont-Croix, il fait des études d'histoire à Paris avec Roger Grand, puis entre à l'Ecole de photographie en 1927.

Revenu en Bretagne, Joseph Le Doaré s'occupe de scoutisme à Quimper jusqu'en 1955.
En même temps, il constitue une collection de vues photographiques sur la Bretagne et fonde les éditions Jos, "contre l'enlaidissement du Finistère".

Dès lors, il devient le spécialiste incontesté de l'illustration photographique de la carte postale d'art en Bretagne.

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Joseph Ollivier

Publié le par Reflet d'Expression

Après des études de dentiste à Lille, il vient s'installer à Landerneau et, pendant ses loisirs, répertorie tous les écrits d'Anatole le Braz (1928).

Puis il commence à collecter toutes les chansons vendues par les bardes ambulants et publie un "Catalogue de la chanson bretonne sur feuilles volantes" en 1942.
Bien qu'incomplet, cet inventaire constitue le travail le plus important sur le sujet.

Ollivier recopie par ailleurs un nombre considérable de documents en breton de grand intérêt. La liste en est publiée dans les "Annales de Bretagne" en 1957.

 

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : les sept saints et le Tro-Breiz

Publié le par Reflet d'Expression

sept-saints.jpgIl n'est pas exceptionnel que le légendaire chrétien associe des saints au nombre sympolique de sept.
L'exemple le plus célèbre est celui des sept dormats d'Ephèse, à qui un culte est d'ailleurs rendu en Bretagne à Vieux-Marché (Côtes d'Armor).

L'histoire de la fondation des diocèses bretons est complexe.

Sans doute après la victoire de l'archevêché de Tours sur les prétentions métropolitainres de Dol (1199), une dévoition se developpa envers sept saints considérés comme les fondateurs des évêchés de Bretagne, à l'exception de ceux de Rennes et de Nantes, qui ont toujours relevé de Tours :
- Samson à Dol,
- Malot à Alet (Saint-Servan) dont le siège avait été transféré à Saint-Malo au milieu du XIIème siècle,
- Brieuc à Saint-Brieuc,
- Tudual à Tréguier,
- Paul Aurélien à Saint-Pol-de-Léon,
- Corentin à Quimper,
- Patern à Vannes.

Le pélerinage du "Tro-Breiz" (tour de Bretagne), consistant à se rendre d'une cathédrale à l'autre est mal attesteé dans les sources du bas Moyen Age.
Tout Breton croyant devait l'effectuer en totalité, au moins une fois dans sa vie.
Ce fut, dit-on, le motif invoqué par la reine Anne de Bretagne, pour justifier son voyage en Bretagne en 1505.
On a tenté de reconstituer l'itinéraire du "Tro Breiz", qui connaît de nos jours un regain d'intêret touristique et religieux.

Photo : Les sept Dormants d’Ephèse au dessus de l’autel dans la chapelle de Le Vieux Marché.

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Louis Tiercelin

Publié le par Reflet d'Expression

dpnbh3_AA00009752.jpgPoète, auteur dramatique, essayiste, Louis Tiercelin fait ses études au collège Saint-Vincent de Rennes et son droit dans la même ville.
Fondateur, en 1889 et animateur de la revue "L'Hermine", il réunit dans sa ville "Kerazur" de Paramé, l'élite universtaire bretonne :
Le Braz, Loth, La Borderie, Le Guyarder ...
et la plupart des poètes d'alors :
Jaffrennou, Leconte de l'Isle et Heredia ... Camille Le Mercier d'Erm rappelle dans "Les Bardes et Poètes nationaux de la Bretagne" l'importance de son rôle d'animateur.
Son premier volume de poésies, "Les Asphodèles", parait en 1873.
Il publie ensuite, avec Guy Ropartz, en 1889, "Le Parnasse breton contemporain".
Il sillonne, à pied et sac au dos, la Bretagne de Morlaix à Quimper, et de Quimper à Lesneven en compagnie de ses amis Le Braz et Quellien.
Retiré à Paramé, il y décède le 31 mai 1915.

Source photo : cartolis.org

 

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Saint Tugdual, Tudual, Tudi, Pabu

Publié le par Reflet d'Expression

Saint_Tugdual source WikipédiaTudual aurait émigré de Grande-Bretagne en Armorique en compagnie de soixante-douze disciples sous le règne de son cousin Deroch.
Il serait sans doute débarqué à Porz-Pabu en Ploumoguer où il aurait fondé un monastère appelé Lanpabu (aujourd'hui Trébabu).
Il aurait ensuite arpenté toute la Domnonée en y multipliant les fondations. Après avoir établi un monastère à Nant-Treguer (Tréguier), il se serait rendu en compagnie de Saint Aubin auprès du roi franc Childebert 1er (511-558) qui l'aurait fait consacrer évêque.
Il serait décédé à Tréguier.


Son surnom de "Pabu" (papa : père, évêque) explique que les auteurs de ses "Vies" latines du XIème siècle n'ont pas hésité à en faire un pape sous le nom de Léon Britigène.
Par contre, au IXème siècle, la "Vie" de Saint Guénolé le présente comme un saint moine et le considère, au même titre que Corentin, Guénolé et le roi Gradlon, comme un des "pilliers" de la Cornouaille.
Ce serait donc le même personnage qui serait honoré dans cette région sous le nom de Tudi.
Il n'est pas impossible qu'on en ait fait un évêque de Tréguier, lorsque ce monastère a été érigé en évêché avant 990.
Par la suite, Tudual a été considéré comme un des sept saints fondateurs de Bretagne.

Source photo : Wikipédia - L'icône de saint Tugdual peinte pour l'Association orthodoxe sainte Anne (Bretagne).

 

Source du thème > ICI <

Ils ont bâti la Bretagne : Yves Le Trocquer

Publié le par Reflet d'Expression

Yves Le TrocquerPolytechnicien, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, intialement attaché aux travaux des ports de Nantes et Saint-Nazaire, constructeur du barrage de Guerlédan, il est un des premiers à s'intéresser à l'énergie marémotrice.

Directeur technique de trois ministres des Travaux publics (1910-1912), directeur de l'Office national de la navigation (1915).
Député des Côtes-du-Nord en 1919, sous-secrétaire d'Etat à la Liquidation des stocks (1919/1920), ministre des Travaux publics dans quatre gouvernements successifs (1920/1924), il s'attache avec succès à la reconstruction des transports dans les régions libérées.

Elu en 1929 sénateur des Côtes-du Nord, vice-président de la commission des Travaux publics en 1935, il est président du groupe parlementaire de l'Union démocratique et radicale et dirigeant du parti de l'Alliance républicaine.

Il est élut lauréat de l'Académie des sciences.

 

Source du thème > ICI <

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>