169 articles avec carnet de voyages ... en bretagne

Fêtes des jardins au château de la Roche Jagu à Ploëzal

Publié le par Reflet d'Expression

jardins en fete domaine de la Roche JaguSoleil au rendez-vous pour cette septième fête des jardins organisée sur le domaine de la Roche Jagu, situé à Ploëzal, près de Pontrieux.

- L'expo-vente aux mille couleurs donnait un air champêtre au château,
- la protection de l’environnement mise en avant  par des conférences et des conseils pour aménager son jardin pour les insectes et les oiseaux.

Bref, une belle découverte de la nature, pour la préserver, l'admirer, la créer.

jardins en fete domaine de la Roche Jagu



jardins en fete domaine de la Roche Jagu

Les moulins à marée

Publié le par Reflet d'Expression

moulin à marée sur l'ile de BréhatLe moulin a longtemps constitué un maillon privilégié de la société rurale.
Dernier lieu de culte païen où l'on glorifiait la terre, l'eau et le vent, le moulin fascine.

Le seul mot évoque en outre deux images paisibles : la colline et son moulin à vent, la rivière et son moulin à eau. Les moulins à mer ou "à eau bleue" ,moins connus, étaient une originalité du littoral breton, surtout morbihannais, jusque dans les années soixante.
Les épis étaient le fruit de la complicité de la terre et du paysan, la farine de blé "naissait" de l'alliance du vent et du meunier.

La marée conditionnait le fonctionnement des moulins à eau bleue : il arrivait ainsi que le meunier travaillât la nuit. Aux marées de mortes-eau, le flot n'étant pas suffisant pour fournir l'énergie nécessaire, le meunier en profitait pour faire sa tournée ou "piquer" les deux meules (c'est-à-dire en recreuser, à l'aide d'un marteau spécial, les sillons que le travail avait émoussés).
Souvent, il possèdait aussi, perché sur une butte toute proche, un moulin à vent qui lui permettait d'éviter le chômage technique.

Les moulins à l'abandon ont parfois étaient reconvertis en résidences secondaires, la conservation de leur ancienne fonction est rare.

Source : "Bretagne - Edition Gallimard" - Un ouvrage à découvrir, à lire et à relire".

Fête de la Coquille 2010 à Loguivy de la Mer

Publié le par Reflet d'Expression

Une des premières manifestations en Côtes d'Armor, la fête de la Coquille a, comme habituellement, attiré grand nombre de personnes.

Toujours aussi bien préparée, parking aux abords de Loguivy, navettes en car ...

Seul bémol en ce samedi après-midi, la météo qui faisait des siennes ! Quelques averses éparses ont bouleversé quelque peu la programmation.

 

Le Bagad de Paimpol nous a fait l'honneur de jouer pour nous, malgré ces périodes mitigées entre la pluie et le soleil.

 

Bagad de Paimpol à la fête de la Coquille 2010 Loguivy de la Mer

 

Et comme chaque année, tout était fort bien organisé.

 

Festivités prolongées jusqu'à demain, dimanche. A voir sans hésitation.

Argoat : rivières, torrents, sous-bois et arbres

Publié le par Reflet d'Expression

Argoat en Bretagne, foret, sous bois, arbres"La plupart des rivères bretonnes ont des trajets très courts, passant souvent sans transition du torrent à la ria. Sur la quasi-totalité de leur cours, ce sont donc des rivières dites de premère catégorie, aux peuplements dominés par les samonidés. Menacées par les pollutions agricoles, elles sont défendues avec ardeur par l'association "Eaux et rivières de Bretagne".
Des zones rapides et plus calmes se succèdent, abritant des formes de vie différentes :
Martin pêcheur d'europe, bergeronnette des ruisseaux, putois, loutres, visons et campagnol amphibie ; saumon de l'atlantique, truite en robe de parade et truite fario, anguille, goujon, vairon, chabot ...
L'aulne se plait au bord des eaux courantes et stagnantes.

Côté sous-bois, la Bretagne est l'une des régions les moins forestières de France, et doit au bocage une apparence boisée. L'aciditié des sols et l'influence atlantique ont toutefois donné à ses quelques massifs une physionomie original : il s'agir pour l'essentiel de chênaies-hêtraies dont le charme est pratiquement absent et où l'if, relique des boisements primitifs, est inhabituellement répandu.
La vie ne se résume pas aux seuls arbres, chevreuils et champignons ... De l'humus aux plus hautes frondaisons, une foule d'animaux et de plantes participent chacun à sa mesure à la perpétuation de la forêt.
On recense le polypode, petite fougère très commune sur les troncs moussus, la myrtille, le poltric, genre de mousses, et fleurs de printemps, comme la jonquille et l'euphorbe des bois.
Nombreux champignons, communs, savoureux ou dangereux.
Avec de la chance, on pourra rencontrer blaireau, campagnol roux, bécasse des bois, salamandre tachetée, orvet, grenouille rousse, et nombreux insectes.

Les arbres qui aiment l'humidité atmosphérique et qui supportent les sols acides se plaisent en Bretagne. Le climat doux permet à des espèces frileuses, comme le pin maritime, de s'y adapter. On rencontre fréquemment chênes rouvres ou pédonculés, pins sylvestres et châtaigniers. Le chêne, bois noble, est utilisé par les fendeurs et surtout par les charpentiers ; le châtaigner, de dimensions plus modeste et de qualité moindre, par les fagotiers, les cerclieres ou les feuillardiers. Le hêtre est le bois des charbonniers, l'orme et le frêne, ceux du charron.
Jadis, la construction d'un vaisseau nécessitait plus de 2000 chênes.
Le hêtre était utilisé par le sabotier, qui taillait une ébauche à l'aide de sa hache et de son paroir, creusait l'intérieur de la pièce de hêtre avec une gouge (ou cuillère).
Les tonneaux quant à eux, étaient faits de merrains en chêne maintenus par un cerclage en fer, soit de merrains en châtaignier associés à un cerclage de feuillard de châtaignier.
L'if : les Celtes prêtaient à ce bois, dont furent faits les arcs jusqu'au Moyen-Age, des vertus d'immortalité.

Source : "Bretagne - Edition Gallimard" - Un ouvrage à découvrir, à lire et à relire. Illustré par des nombreuses photographies, fort bien agencé".

L'archipel de Molène

Publié le par Reflet d'Expression

L'archipel de Molène"Une douzaine d'îles et d'îlots bas éparpillés entre Le Conquet et Ouessant dans un mer des plus difficile.
Les plus beaux champs d'algues des côtes de France et l'un des principaux refuges français pour les oiseaux et les mammifères marins.

C'est Louis Bureau, naturaliste nantais du XIXème siècle, qui attira l'attention sur ces îlots. Depuis les années 1960, la SEPNB a établi une réserve sur trois d'entre eux : Banneg, Balaneg et Trielen.

Qui s'étonnera que, dans les années 1980, l'Unesco ait tenu à distinguer ce magnifique archipel à la végétation originale en le déclarant "Réserve de biosphère" ?

On y recense :
- 3 des 5 espèces de sternes bretonnes : La pierregarin, la naine et la caugek.
- La sterne de Dougall, oiseau des mer le plus menacé d'Europe, ne niche plus qu'occasionnellement dans l'archipel de Molène.
- Le phoque gris : c'est ici que la reproduction de l'espèce fut prouvée pour la première fois en France. Cette petite population ne se maintient sans doute que grâce à l'immigration de jeunes phoques britanniques.
- Le Goéland brun : 10% environ des reproducteurs européens nichent dans l'archipel.
- L'Océanite tempête, qui niche sous terre. La majorité des effectifs français est concentrée sur Banneg.
- L'huitrier pie, qui niche sur le pourtour des îlots.
- Le grand gravelot dépose ses oeufs sur les galets.
- Le puffin des anglais, comme le pétrel tempête, est nocturne et niche dans des terriers. Il est rare, mais sa population augmente.
- Les choux marins, prospère sur les cordons de galets, cordons qui montrent une végétation originale et peuvent abriter le nid du pétrel tempête.

Certains oiseaux de mer sont communs aux falaises et aux îlots bas. L'absence de prédateurs et de présence humaine est la condition sine qua non de la santé des colonies."

Source : "Bretagne - Edition Gallimard" - Un ouvrage à découvrir, à lire et à relire. Illustré par des nombreuses photographies, fort bien agencé".


Mer d'huile à la pointe de Bilfot

Publié le par Reflet d'Expression

pointe du BilfotCette saison offre des couleurs somptueuses à faire chauffer l'APN.

La pointe de Bilfot, ou la pointe de Plouezec, près de Paimpol, nous a offert ce jour une vision infinie, pour un moment de rêve et d'évasion spirituelle.
Une mer "d'huile" qui évoquait le calme et presque un arrêt dans le temps.
Quelques ilots entre mer et ciel.

Ici, les éléments semblent toujours différents.
Les marées et la luminosité jouent sur cet endroit pour nous procurer une vive admiration à chacune de nos venues.
Aujourd'hui, le soleil et les nuages révélaient des ombres qui faisaient changer ce décor, et nous permettaient d'en discerner de nouveaux détails.

Pour un panorama unique, une étendue qui s'offre au regard.























A lire :
http://docarmor.free.fr/valarmor/valouest/ploueze2.htm

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>