103 articles avec lecture

Lecture : Le voyage de Monsieur Raminet, de Daniel Rocher

Publié le par Reflet d'Expression

le voyage de monsieur Raminet de Daniel Rocher

Un tout petit livre datant de 2000 qui m'a été conseillé. Et je me suis plongée agréablement dans ses 232 pages en une soirée. 
J'ai beaucoup apprécié l'idée, fabuleuse ! J'ai beaucoup apprécié également l'écriture, très agréable et fluide, avec cette impression de faire partie du voyage, incognito. 
Peu de personnages, réellement atypiques. On en aime certains, on en déteste d'autres, et on lève même les yeux au ciel pour quelques-uns ! 
C'est une jolie histoire, qui pourrait être réelle. Monsieur Raminet et son langage si poétique, précieux et courtois, en contradiction avec celui des jeunes (et moins jeunes) personnes rencontrées au fil de sa route. 

Je lui donne un 8,5/10

C'est un livre qui fait du bien. 
Extrait : Puis, dans un miaulement rauque, il bondit sur le mur et disparut de l'autre côté, laissant Monsieur Raminet figé dans le bonheur. Parfois, la vie n'est rien d'autre que quelques petites choses qui s'offrent, en passant, pour être aimées pendant un moment". 

4ème de couverture : 
Monsieur Raminet - pussy -, soixante-six ans aux prunes, tout juste retraité de droit, passe le permis, s'achète une voiture et, ni une ni deux, se précipite - à 90 km/h - vers Saint-Malo. En chemin il embarque la pétulante Jane, auto-stoppeuse partie des États-Unis pour découvrir le monde et, accessoirement, la vie. Entre Monsieur Raminet, sorte de monsieur Hulot lunaire, et la jeune Américaine au franc parler, le road movie aborde la Bretagne entre cocasserie et tendresse pour un roman unique en son genre, aux figures inoubliables. Un livre qui fait du bien.

Publié dans Lecture

Lecture : Un goût du secret, de Jean-Daniel Verhaeghe

Publié le par Reflet d'Expression

Une lecture d’un dimanche après-midi, petit roman de 128 pages, avalé rapidement. Les chapitres très courts offrent une lecture facile. Les personnages ne sont guères nombreux, et cette façon de mentionner régulièrement les prénoms facilite d’autant plus le chemin à suivre.

Son côté à la fois triste et intriguant m’a tenu quelque peu les yeux rivés sur les pages.

J’avouerais que c’est une belle histoire, car bien écrite, mais creuse, au fond, cet écrit aurait pu faire 10 pages. Je pense surtout qu’il s’agit ici de faire comprendre une chose importante : « un » état d’esprit, que je ne citerais pas pour ne pas spoiler, entre les êtres humains qui ne doit pas être oublié.

Je lui donne un 7/10

4ème de couverture :
Un paquet de lettres jamais ouvertes. Le nom d'une femme, toujours le même, écrit au dos. Une photo épinglée au mur : celle d'une inconnue aux cheveux roux. Mais qui est donc pour Marie cette femme dont elle ignorait l'existence ? Pourquoi ces lettres que son père ne voulait pas lire ?

Publié dans Lecture

Lecture : Le baby-sitter de Jean-Philippe Blondel

Publié le par Reflet d'Expression

Une écriture à la façon d’un article de presse. On ne devient pas la « souris » qui accompagne ce héros malgré lui, mais on prend connaissance de ce morceau de sa vie comme des nouvelles, tout simplement sans avoir cette sensation de faire partie du roman.

C’est donc très différent de mes lectures habituelles, en étant tout aussi passionnant.

Ce n’est pas tant ce nouvel emploi qui est ici raconté, mais bel et bien les rencontres avec ses employeurs. Chacun portant un fardeau, plus ou moins léger, plus ou moins lourd. La fin est juste exceptionnelle. Ces quelques derniers chapitres sont présentés différemment, l’auteur nous ouvre les yeux, plus assidument, sur chaque personne. Et c’est surprenant, surprenant, comme cette fin. Finalement, il a une drôle de vie, Alex, et on l’imagine, néanmoins, heureux, avec cette volonté de s’en sortir de cette vie d’étudiant en galère.

Je lui donne un 8.5/10

4ème de couverture :
Dix-neuf ans. Étudiant. Pas d'argent. Pour pouvoir remplir son frigo et s'amuser un peu, il n'y a guère de solutions. Travailler dans un fast-food. Surveiller les activités périscolaires. Ou opter pour le baby-sitting. C'est ce que choisit Alex, finalement. Mais lorsqu'il dépose son annonce à la boulangerie du coin, il est loin d'imaginer la série de personnages qu'il va rencontrer, et à quel point cet emploi va modifier sa perception du monde. Il ne peut surtout pas se douter combien sa présence va influer sur la vie de ses nouveaux employeurs. Parce que, au fond, ce que l'on confie à un baby-sitter, pour quelques heures, c'est ce que l'on a de plus précieux, ses enfants, sa maison, le cœur même de son existence. Un roman sur les liens que l'on tisse et sur ceux que l'on tranche - et sur cette humanité qui tente, bon an mal an, de tenir et d'avancer, en rêvant de courir et de dévaler les pentes.

Publié dans Lecture

Lecture : Il nous restera ça, Virginie Grimaldi

Publié le par Reflet d'Expression

Il nous restera ça, de Virginie Grimaldi

Dévorée ! je l’ai dévorée.

Bien sûr, de nombreux romans sur le sujet intergénérationnel existent. Bien sûr, on retrouve des gens blessés, brisés. Certains diront que vraiment, on ne raconte que les malheurs des autres. Mais c’est ce qui en fait une belle histoire. Sinon, il n’y aurait pas d’histoire… aussi captivante. 3 générations qui se trouvent sur le même chemin, qui apprennent à s’adapter les uns aux autres, qui se découvrent, et qui, finalement, partageront un moment de vies.

L’écriture est juste magnifique. 3 ou 4 pages alternées par personnage, en évitant de nombreux individus secondaires, idéal pour ne pas y perdre le fil de l’histoire et ne se fixer que sur ces 3 êtres.

Forcément, on finit par se reconnaitre, par morceaux, dans un ou plusieurs tristes évènements de leur vie. C’est peut-être cela qui est si attachant. Un peu d’humeur également, car ce n’est pas un écrit dramatique, mais bel et bien un écrit sur la vie en général, avec chacun ses embuches.

C’est une pépite pour les lecteurs adeptes aux « fell good », romans qui « font du bien ».

Je lui donne un 11/10

4ème de couverture :
A 33 ans, Iris trimballe sa vie dans une valise. Théo, 18 ans, a peu de rêves, car ils en foutent partout quand ils se brisent. À 74 ans, Jeanne regarde son existence dans le rétroviseur. Rien ne les destinait à se rencontrer. Quand le hasard les réunit sous le même toit, ces trois êtres abîmés vont devoir apprendre à vivre ensemble. La jeune femme mystérieuse, le garçon gouailleur et la dame discrète se retrouvent malgré eux dans une collocation qui leur réserve bien des surprises. C'est l'histoire de trois solitudes qui se percutent, de ces rencontres inattendues qui sonnent comme des évidences.

Publié dans Lecture

Lecture : Pour le sourire d'Isabelle, de Fanny André

Publié le par Reflet d'Expression

Pour le sourire d'Isabelle, Fanny André

Un roman qui nous fait voyager entre Normandie et Bretagne, deux femmes qui apprennent à se relever des suites des blessures de la vie.

C'est avec une écriture douce que nous plongeons calmement dans ces décors. Ici, pas de dynamisme ni de réel suspens. Nous vivons simplement avec Camille et Isabelle ce road trip tout en tendresse et sérénité. Les originaires de ces lieux souriront à la représentation des ambiances, des saveurs et du patrimoine si bien décrits. De jolies rencontres qui apaiseront ces vies brisées.

Cette belle lecture serait parfaite pour une adaptation télévisée. Une parenthèse délicate pour qui la lecture est synonyme de sérénité.

Je lui donne un 8,5/10

4ème de couverture :
Une belle complicité féminine et intergénérationnelle face au deuil. Une épopée savoureuse racontée à deux voix entre Normandie et Bretagne. Un roman plein de charme et de profondeur ! A Trouville, lors de l'enterrement de son fils Arnaud mort d'un AVC, Camille, quatre-vingts ans, guette l'arrivée de son ex-belle-fille, Isabelle, la quarantaine, avec laquelle elle s'entendait très bien. Les deux femmes restent ensemble après l'enterrement et leur complicité passée resurgit. Isabelle ne va pas bien ; triste et amaigrie, elle a fait un burn-out et quitté son cabinet d'avocats. Camille est aussi à une étape clé de sa vie : elle a décidé de mettre en vente la maison normande où elle vit pour retourner dans sa Bretagne natale. Au cours de leur conversation, elles font le projet de réaliser un ancien rêve : un voyage ensemble. Chacune montrerait à l'autre les beautés de son terroir – Isabelle la Normandie et Camille la Bretagne – afin de mettre un terme à la gentille rivalité qu'elles ont toujours entretenue autour de la plus jolie région d'origine. C'est surtout l'occasion pour Camille de fuir le deuil qu'elle vient de vivre et pour Isabelle de reprendre pied...

Publié dans Lecture

Lecture : La femme au manteau violet, de Clarisse Sabard

Publié le par Reflet d'Expression

La femme au manteau violet, de Clarisse Sabard

Une magnifique histoire, une plongée dans un récit de famille des années 30 à nos jours.

Et nous voilà embarqué en Angleterre dans le Devon et en Amérique.

Une quête d'intrigues familiales dont il est impossible d’en imaginer le dénouement, tant le roman est bien déroulé. J'ai apprécié les chapitres établis en fonction des époques. On s'y retrouve ainsi aisément, et il en est ainsi commode de stopper la lecture si nécessaire.

Seules les longueurs dans les échanges verbaux m'ont un peu ennuyée. Il faut vraiment prendre son temps pour chaque page, savourer l'histoire et s'en imprégner.

Du côté de l’Amérique et de la « grande dépression : beaucoup de recherches historiques très intéressantes.

Du côté de notre époque actuelle : une très belle représentation entremêlant technologie, vie en campagne et vie de tous les jours.

Ma 4ème lecture de cette auteure, dont « Les lettres de Rose » et « La plage de la mariée » m’avaient totalement captivée et troublée. Ce roman-ci m’a moins accaparée, à relire peut-être plus dans un moment de ma vie plus calme :)

Je lui donne un 8/10.

4ème de couverture
2018. À la suite d’un accident, Jo apprend qu’elle risque la rupture d’anévrisme, et que l’opération qui pourrait la sauver n’est pas sans risques. Persuadée qu’elle va mourir, elle se réfugie chez son grand-père. Elle découvre alors qu’il a reçu quinze ans plus tôt un pendentif, accompagné de quelques mots griffonnés : « De la part de Charlotte, qui n’a jamais oublié Gabriel. Ce souvenir vous revient de droit. » Déterminée à percer ce secret de famille, Jo se rend en Angleterre, sur les traces du mystérieux bijou.1929...

Publié dans Lecture

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>