74 articles avec lecture

Lecture : trente-six chandelles, Marie-Sabine Roger

Publié le par Reflet d'Expression

Cette auteure me donne le sourire.

Ces protagonistes, peu nombreux, ont une vie simple, une vie commune, parfois même un peu "galère".

Des personnages originaux, exubérants, vivant pour eux-même, sans encombre ni désordre. Des personnages heureux de petites choses et s’en contentant. Le simple bonheur d’être aimé et d’aimer, d’amour ou d’amitié.

Ce second roman que j’ai en main, après « Dans les prairies étoilées » (petit bijou) m’a fait le même effet.
Un sujet original, insolite et même improbable, cette fois-ci, mais qui en découle sur une histoire forte de gentillesse, d’entraide et de souvenirs.

Fait de courts chapitres, il est extrêmement plaisant à lire, et on avale les 278 pages avec plaisir.

On pourrait croire que l’écriture soit plate, mais pas du tout. C’est ce que j’aime chez Marie-Sabine Roger, réussir à nous prendre en haleine avec des vies de tous les jours et des jolis hasards.

Marie-Sabine Roger écrit de nombreux livres "jeunesse", je pense très certainement que c’est ce côté d’écriture que j’aime pour ses romans adultes. Un charme naïf et doux.

Alors voilà, une seconde merveille qui va rejoindre les rayons de ma bibliothèque personnelle.

Je lui donne un 10/10

4ème de couverture : 
Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l'heure de son anniversaire, Mortimer Decime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans. La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ? Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d'une malédiction familiale ? Entre la saga tragique et hilarante des Decime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit Mortimer finalement résigné au pire. Mais qui sait si le Destin et l'Amour, qui n'en sont pas à une blague près, en ont réellement terminé avec lui ? Dans son nouveau roman, Marie-Sabine Roger fait preuve, comme toujours, de fantaisie et d'humour, et nous donne une belle leçon d'humanité.

Publié dans Lecture

Lecture : Demain est un autre jour, de Lori Nelson Spielman

Publié le par Reflet d'Expression

Si vous avez un petit coup de déprime ou une baisse de moral, ne lisez pas ce livre ! 

Non pas qu'il ne soit pas intéressant, mais je l'ai trouvé rempli de rebondissements plus tristes les uns les autres. Au point que même, à une page de la fin, j'appréhendais encore un coup de malchance pour Brett. Puis ces "injustices", cette famille pas si liée que cela, ne m'ont pas permis de plonger dans cette romance.

Je n'ai donc pas pu le savourer, choisi cette fois en version audio, comme j'en avais entendu parler.

Et sincèrement, ce "conte de fée version moderne" n'a pas réussi à me faire croire que "demain tout ira mieux si on atteint ses rêves anciens". 

Je lui donne un 7,5/10.

4ème de couverture : 
À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu’elle va hériter de l’empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu’elle voulait vivre, rédigée lorsqu’elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d’héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list... Mais la Brett d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la jeune fille de l’époque. Enseigner ? Elle n’a aucune envie d’abandonner son salaire confortable pour batailler avec des enfants rebelles. Un bébé ? Andrew, son petit ami avocat, n’en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s’y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C’est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que... Malgré tout, Brett va devoir quitter sa cage dorée pour tenter de relever le défi. Et elle est bien loin d'imaginer ce qui l'attend.

Publié dans Lecture

Lecture : Dis, t'en souviendras-tu ? Janine Boissard

Publié le par Reflet d'Expression

Dis t'en souviendras-tu ? Janine Boissard

Un conte de fée, ou plutôt un conte de "bons génies", comme le dit Aude.

Un joli roman, des personnages attachants, un sujet principal triste, malheureusement et probablement fréquent.

L'écriture reste simple, avec des chapitres courts. On ne s'y perd pas. Les protagonistes y sont bien décrits et on peut aisément les imaginer. Une belle chose pour ma part.

Un ouvrage de plage, une lecture populaire, qui pourra plaire aux jeunes femmes et adolescentes.

Non que je n'ai pas apprécié ces moments au fil des pages, il reste toutefois trop court, manquant de suspens, tout y est trop évident.

Je lui donne un 7,5/10.

4ème de couverture : 
Aude a 23 ans, elle est l'épouse d'un célèbre parfumeur de Grasse. Ce matin, elle se réveille à l'hôpital, privée d'une partie de sa mémoire. Elle apprend qu'on l'a retrouvée, inanimée, sur un chemin désert. Non loin, la voiture de son mari, portières ouvertes, vide. Que leur est-il arrivé ? Aidée d'un psychiatre, elle va tenter de recouvrer la mémoire. Mais le veut-elle vraiment ? Avec le retour de ses souvenirs, ne devra-t-elle pas faire face à une redoutable vérité ?

Publié dans Lecture

Lecture : Dans les prairies étoilées, de Marie-Sabine Roger

Publié le par Reflet d'Expression

Oh quelle merveille !

Une perle, un petit bijou comme je les aime.

Bien sûr, j'imagine que mon enthousiasme ne sera pas le même pour chaque lecteur. Ce livre est "moi". Je m'y suis retrouvée dès la lecture de la 4ème de couverture :
Prune et Merlin ont quitté la vie citadine pour une vieille ferme pleine de promesses et de travaux à faire, perdue dans la campagne. Auteur de bandes dessinées et aquarelliste animalier, Merlin pense accéder enfin au bonheur absolu. Mais son meilleur ami meurt, celui qui lui a inspiré son héros préféré et lui a apporté la gloire... Que va devenir l'univers de Merlin ?

 Alors oui, je m'y suis trouvée vraiment bien : la vieille ferme, les travaux, la campagne... Apprendre à connaitre, au fil des pages, les personnages, tant de similitudes, ne serait-ce que par l'âge et le tournant de vie.

Une "Prune" vivant en tout simplicité, de ce qu'elle aime, comme elle l'aime. Avec un joli caractère, un dynamisme d'enfant et des idées plein la tête.
Un "Merlin" artiste, parfois désorienté, et tant en adoration et émerveillement de sa "Prune".
Puis les amis, la famille, la vie et la mort (bien sûr, sujet du livre, mais sans tristesse réelle).
La vie d'êtres humains, sans exagération ni exubérance, amours tendres et amitiés. Un tournant de vie d'un comparse âgé, qui fait sourire... et une fin (je suis contre les romans sans fin !)

Une très belle écriture, originale, où parfois nous entrons dans les profondes pensées de Merlin.
L'auteure nous ouvre également les yeux, à nous lecteurs assidus, sur la raison de notre soif de lire.

Comme c'est beau ! (pages 286 et 287)

Je lui donne un 11/10.

Publié dans Lecture

Lecture : Pour un instant d'éternité, Gilles Legardinier

Publié le par Reflet d'Expression

Après de nombreux livres écrits avec humour, dont j’ai dévoré chacune des pages, Gilles Legardinier nous offre cette fois-ci un roman plus sérieux, nous emmenant au 19ème siècle avec délice, curiosité et touche d’anxiété.

J’ai lu beaucoup de livres depuis « J’ai encore menti » et même de très beaux écrits d’auteurs connus et moins connus, pour la plupart excellent et remarquable.

Mais ! Mais !

Gilles Legardinier a cette aisance et ce pouvoir d'écriture qui fait que l'on s’attache clairement au fil de l'histoire, sans amalgame entre les personnages, même s'ils sont nombreux. Ces derniers sont évoqués d'une façon si distinctive nous permettant de toujours savoir qui ils sont. Les noms sont simples ou originaux, mais bien distincts les uns des autres, gravés ainsi dans nos mémoires.

C'est ce que j'aime chez cet écrivain. De la subtilité d'écrire qui fait penser à quelques chose de simple, mais qui est réellement une plume parfaite.

Du grand Gilles !

  • Des chapitres courts, prenant et captivant,
  • des phrases succinctes adroitement recherchées,
  • des termes raffinés, sans toutefois avoir besoin d’un dictionnaire !
  • un déroulement du roman si bien structuré que le lecteur n’y est jamais perdu, enfin, tout est habilement décrit, avec grand intérêt, sans vouloir en faire « trop" pour obtenir un roman plus conséquent.

Bref, ça fait du bien !

J’ai personnellement avalé ces 558 pages en quelques soirées et, comme toujours, j’ai eu peine à quitter ces nouveaux protagonistes.

Ce livre est une « pépite » à savourer doucement, pour s’imprégner des scènes, des sites, des personnages, de l’histoire de Paris en 1889 et, éventuellement, des « légendes », si je puis m’exprimer ainsi.

Je lui donne un 11/10.

4ème de couverture :
Vincent sait mieux que personne ce qu’est un secret. Spécialiste des passages dérobés, c’est à lui que les riches et les puissants font discrètement appel pour dissimuler leurs trésors ou s’aménager des issues indétectables. Alors que Paris célèbre l’Exposition universelle et sa phénoménale tour Eiffel, Vincent et son équipe deviennent soudain la cible de tentatives d’assassinat. La mort rôde désormais autour d’eux. Un de leurs clients cherche-t-il à effacer ce qu’ils savent de lui ? Sont-ils traqués par des pouvoirs occultes ? Quelle est cette ombre qui peut les frapper n’importe où, n’importe quand ? Dans une époque bouleversée, confronté à des mystères surgis d’un autre temps, Vincent va tout faire pour déjouer la menace et sauver les siens. Ce qu’il s’apprête à découvrir va faire voler en éclats tout ce qu’il croyait savoir du monde…

Publié dans Lecture

Lecture : Mariages de saison, de Jean-Philippe Blondel

Publié le par Reflet d'Expression

Un joli petit roman, qui se lit en toute simplicité, en une soirée ou dans un train. 

J'ai aimé les personnages, les rencontres "forcées" de Corentin, les discussions, les appréhensions, les connaissances, les détresses, les amours, les désamours et les aveux. 

Le charme opère, on pourrait être Corentin ou l'un(e) de ces marié(e)s de saison, effectivement. Le dénouement est agréable et réaliste.  

Je lui donne un 9/10.

4ème de couverture : 
Juillet 2013 en province. Comme chaque été, Corentin retrouve, au côté de son parrain, Yvan, son emploi saisonnier de vidéaste de mariage. Chargé d’accompagner les couples des premières heures de la journée la plus importante de leur vie jusqu’au matin suivant, il recueille leurs espoirs et leurs désillusions, leurs joies et leurs détresses, parfois. Mais à vingt-sept ans, il est temps de faire des choix, amoureux tout autant que professionnels. Corentin a devant lui cinq mariages et aucun enterrement pour trouver sa voie. Analyse des sentiments, amertume et plaisir, empathie pour les personnages... On retrouve dans Mariages de saison tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel.

Publié dans Lecture

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>