74 articles avec lecture

Lecture : La plage de la mariée, de Clarisse Sabard

Publié le par Reflet d'Expression

La plage de la mariée Clarisse Sabard

555 pages que j’ai dévorées en quelques jours.

555 pages qui m’ont fait apprécier encore plus ma région, certes très « clichées » : ciré jaune, « demat », Kouign-Amann et far breton, kig ha farz, légendes… et j’en passe.

J’ai adoré à nouveau, comme pour la plupart des autres de mes lectures, le côté amitié qui m’a donné le sourire. « Et si cela existait vraiment ! » ;)

On aime les personnages, on plonge dans l’histoire, même si le dénouement est rapidement deviné.

C’est une lecture plaisante, facile et qui détend.

Un bon roman qui nous ouvre les yeux sur la vie « normale » de gens simples et « normaux » (aussi).

Quitter Nice pour la région Bretagne, où le soleil brille et chauffe bien moins, où le crachin et les tempêtes sont son reflet. J’ai été bluffée ;-)

Enfin, quelques éclats de rire au fil des pages, puis un beau texte de moral en fin d’ouvrage.

Je lui donne un 10/10

4ème de couverture :
Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d'avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Elle va révéler à Zoé qu'elle lui a menti depuis toujours : l'homme qui l'a élevée n'est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ». Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années.

Publié dans Lecture

Lecture : Et tout me parle de vous

Publié le par Reflet d'Expression

Ma première lecture de Dominique Marny. Un roman sur fond d'amitié, d'amour et de vies professionnelles originales. Une écriture simple, sans suspens, on vit au fil des pages le fil des vies de ces personnages, un peu comme des connaissances lointaines.
Un livre de plage, dont je n'ai pas eu besoin de lire la fin avant le début ! 

Je lui donne un 7,5/10.

4ème de couverture : 
Victime d'un accident, Ariane est obligée d'interrompre sa carrière de danseuse. Elle devient chorégraphe et monte sa compagnie de danse dans le val de Loire. Alors qu'elle achète "La Giroué", une séduisante maison au bord de l'eau, son chemin croise celui de Julien, grand reporter. Pour des raisons mystérieuses, lui aussi convoite cette demeure. Entre ces deux êtres, que rien ne disposait à se rencontrer, débute un superbe suspense amoureux... Attirance, passion, volte-face. Et tout me parle de vous est un rendez-vous pour celle et ceux qui croient en leur bonne étoile.

Publié dans Lecture

Lecture : Agatha Raisin, jamais deux sans trois

Publié le par Reflet d'Expression

Voilà mon premier essai de romans policiers, mais sans une note d'humour !

Que dire, hormis que c'est "mignon", destiné à être télévisé, agréable à lire, et oh que j'aime, : l'esprit "so british" ;)

Un livre de plage ou de gare, comme on dit...

Alors que j'ai donc lu le tout dernier livre paru, je vais m'empresser de commencer à présent par le tout premier.

Je lui donne la note de 8/10.

4ème de couverture :
Lasse de courir après des chats et des chiens égarés, Agatha accepte la sollicitation d'un certain Robert Smedley : cet homme fortuné est persuadé que son épouse le trompe. Rien de plus tentant pour notre extravagante Agatha que de coincer la jeune, jolie et très dévote Mrs Smedley, un peu trop parfaite pour être honnête. Mais c'était compter sans une autre affaire de disparition qui lui tombe sur le coin du nez. Jamais deux sans trois ?

Publié dans Lecture

Lecture : Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin MacArthur

Publié le par Reflet d'Expression

Probablement un peu trop cartésienne pour m’imprégner de ces longues histoires de famille : 
Quelques personnes, des époques différentes, le tout basculant d'un court chapitre à l'autre. 
Une jolie composition et l'histoire se dénoue au fil des pages, pour comprendre le lien entre chaque acteur. (Cette fois, j'ai noté sur un carnet les prénoms, pour ne plus m'y perdre !). 
Une très belle écriture de l'auteur, la vie complexe et rude des "femmes" de Heart Spring Mountain, à lire avec appétit si l'on croit aux esprits !

Je lui donne un 8,5/10

4ème de couverture : 
Août 2011. L’ouragan Irene s’abat sur le Vermont, laissant derrière lui le chaos et la désolation. Loin de là, à La Nouvelle-Orléans, Vale apprend que sa mère a disparu lors du passage de la tempête. Cela fait longtemps que la jeune femme a tourné le dos à sa famille, mais cette nouvelle ne lui laisse d’autre choix que de rentrer chez elle, à Heart Spring Mountain. Elle y retrouve celles qui ont bercé son enfance : la vieille Hazel qui, seule dans sa ferme, perd la mémoire, et Deb, restée fidèle à ses idéaux hippies. Mais si elle est venue là dans le seul but de retrouver sa mère, c’est aux secrets des générations de femmes qui l’ont précédée que Vale va se confronter, réveillant son attachement féroce à cette terre qu’elle a tant voulu fuir. Après Le Cœur sauvage, un recueil de nouvelles unanimement salué par la critique et les libraires, Robin MacArthur signe, d’une écriture pure et inspirée par la nature sauvage du Vermont, un émouvant premier roman sur le lien à la terre natale, et offre une réflexion lumineuse sur l’avenir de notre planète.

Publié dans Lecture

Lecture : "Et je danse, aussi" Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

Publié le par Reflet d'Expression

Je l'ai emprunté à la médiathèque en voyant la couverture ! Et il a été "avalé" en 3 soirées.

"Tout le monde a envie de danser", ce livre commence avec les critiques de journalistes et libraires, rien de tel pour mettre l'eau à la bouche :
"un livre qui m'a enchanté [...] qui fait du bien [...] une histoire humaine touchante [...] Une petite pépite [...] un petit bijou [...] un vrai coup de génie [...]...

L'originalité réside de plonger uniquement dans leurs échanges d'emails, tout au long de l'écriture du roman. Un regard qui peu paraître un peu intrusif mais qui offre rapidement une sensation amicale.
On découvre ainsi la vie de 2 personnes et de leurs proches dans leurs correspondances électroniques.
Une jolie intrigue avec un très touchant final.
On aime Adeline, son caractère, sa simplicité.
On aime Pierre-Marie, écrivain, métier rarement présenté dans des romans.
Bref ! on aime ce livre parce qu'il parle de la vie, du bonheur, du malheur, de la tristesse, de la joie, des familles, des ami(e)s, des rencontres et du destin.

"PPPS : la vie est belle !" (p.221)

Je lui donne un 9/10

4ème de couverture  
La vie nous rattrape souvent au moment où l'on s'y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n'écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d'un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n'importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, «grande, grosse, brune», pourrait bien être son cauchemar... Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l'un à l'autre. Jusqu'au moment où le paquet révélera son contenu, et ses secrets... Ce livre va vous donner envie de chanter, d'écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d'écouter le Jeu des Milles Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse. Ce livre va vous donner envie d'aimer. Et de danser, aussi !

Publié dans Lecture

Lecture : Toute la ville en parle

Publié le par Reflet d'Expression

J'ai découvert l'écriture de Fannie Flagg dans "La dernière réunion des filles de la station service", dont certaines "filles" sont d’ailleurs rappelées dans ce roman-ci. 
les 506 pages de "Toute la ville en parle" ont défilé en quelques soirées et je pense que je m'en serais mieux imprégnée si j'avais pris le soin de noter les noms et les familles sur un calepin. La quelque dizaine de personnes citée en début de roman se terminera en bien plus grand nombre, de quoi s'y perdre, malgré la réelle cohérence des liens familiaux et amicaux.
L'état sympathique du livre réside dans le fait que l'on vit avec toutes ces personnes de 1889 à 2021. Voir ainsi la création, puis l'évolution, de toute une ville est bien passionnante, même attristante, si je puis dire, de voir le résultat du travail de nombreuses vies se terminer ainsi...
Fannie Flagg terminera ses écrits par : Cela fini donc ainsi... Ou peut-être pas... Qu'en pensez-vous ? Cette phrase est une belle conclusion pour ce roman, et je ne saurais vous recommander de lire à nouveau les 2 premières pages, pour ma part sans réelle compréhension en premier lieu. Mais...

Je lui met un 9/10.

4ème de couverture : 
Plus qu'un roman : un appel au bonheur ! L'auteur de Beignets de tomates vertes nous conte, dans ce roman choral, l'histoire d'un petit village du Missouri, Elmwood Springs, depuis sa fondation en 1889 jusqu'à nos jours. Les années passent, les bonheurs et les drames se succèdent, la société et le monde se transforment, mais les humains, avec leurs plaisirs, leurs peurs, leurs croyances, leurs amours, ne changent guère. Et c'est la même chose au cimetière puisque, loin de jouir d'un repos éternel, les défunts y continuent leurs existences, sous une forme particulière. Au fil des décès, ils voient ainsi arriver avec plaisir leurs proches et leurs descendants, qui leur donnent des nouvelles fraîches du village. Tout irait ainsi pour le mieux dans ce monde, et dans l'autre, si d'inexplicables disparitions ne venaient bouleverser la vie, et la mort, de cette paisible petite communauté. On retrouve dans ce roman revigorant en diable, peuplé de personnages plus attachants les uns que les autres, toute la tendresse, le charme fou et la philosophie heureuse de Fannie Flagg.

Publié dans Lecture

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>