74 articles avec lecture

Lecture : de tes nouvelles de Agnès Ledig

Publié le par Reflet d'Expression

Une "famille" composée d'inconnus de tous âges, prêts à tout les uns pour les autres, plus fort que la simple amitié. 
On pourrait croire à un "conte", dit ainsi. Mais pas du tout. 
Chacun des personnages de ce magnifique roman a son histoire, ses contrariétés et chagrins.
La petite fille, centre de l'histoire, est la joie et la gentillesse même au sein de ce clan, elle unit et "guérit" par sa gaieté ce monde qui l'entoure. Elle dit d'ailleurs que plus tard, elle veut être "bienfaiseuse" ;) 
C'est un an de vie commune que l'on découvrira ici. Joie, simplicité, tristesse, bonheur. Chacun y mettra du sien pour une vie meilleure. 
Un très beau roman, très bien écrit, avec de beaux mots. 
Deux extraits : 
Celui-ci, qui me parle, moi qui rage toujours du mauvais temps : "Le gris du temps nous oblige à une lutte permanente pour convoquer un peu de lumière au fond de nous"
Et celui-ci, pour réfléchir : "Chacun a bien assez à s'occuper de lui pour ne pas endosser en plus les soucis des autres [...] C'est égoïste, non ? Pas du tout ! Etre égoïste, c'est ne penser qu'à soi, et pas aux autres. Mais on peut penser aux autres et être là pour eux en restant positif et joyeux, même s'ils sont tristes. Surtout s'ils sont tristes". 

Je lui donne un 8,5/10

4ème de couverture : 
Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d'union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt par un soir d'orage et détresse. maintenant qu'Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construite jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré.

Publié dans Lecture

Lecture : Tu comprendras quand tu seras plus grande

Publié le par Reflet d'Expression

Un bien sympathique roman qui fait réfléchir sur la vie. 
Des personnes "sages" qui sourient à la vie, tel un "gang", en ayant pourtant traversé tant de choses, bonnes et mauvaises, heureuses et tristes.  
Des personnes plus jeunes, qui entrent dans la vie, qui vont la découvrir, qui ont parfois déjà souffert de celle-ci. 
Ce joli mélange de générations fait sourire et effectivement, fait réfléchir. 
Une comédie romantique dans laquelle on peut ainsi aisément se projeter, et on ferme le livre en se disant qu'il faut savoir doser les soucis, les grands, les petits, et qu'il faut garder le sourire. Un écrit d'une profonde humanité.
Lisez et relisez le texte d'anniversaire du "vieux" monsieur... 

J'ai pu savourer de livre en l'écoutant. "Ecoutez" permet tellement mieux d'entrer dans le roman que de le lire. Ces conteurs sont de véritables artistes. Ici, Astrid Roos se prend tant au "jeu", avec des intonations de voix et des émotions fortes.

Je lui donne un 9/10. 

4ème de couverture : 
Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit plus guère au bonheur. Une fois sur place, elle se souvient aussi qu'elle ne déborde pas d'affection pour les personnes âgées. Dire qu'elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme. Mais au fil des jours, la jeune femme découvre que les pensionnaires ont des choses à lui apprendre. Son quotidien avec des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé lui réserve des surprises qui pourraient bien l’aider à retrouver le sourire. Sans oublier Raphaël, le petit-fils d’une résidente, qui ne lui est pas indifférent… Une histoire de résilience, d’amour, d’amitiés, un livre plein d’humour et d’humanité, qui donne envie de savourer les petites joies de l’existence.

Publié dans Lecture

Lecture : Eleanor Oliphant va très bien de Gail Honeyman

Publié le par Reflet d'Expression

On s'attache à Eleanor, mais on ne comprend pas tout... Elle est intelligente, mais triste. 
Sa franchise m'a amusée. 
La rencontre d'un ami un peu "gueek" était ce qu'il pouvait probablement lui arriver de mieux. Lui, c'est l'ami qui, aux premiers abords, on évite rapidement. Illusoire. Au fil des pages, on aime les personnages, on aime l'histoire. 
Un roman qui se lit rapidement et simplement. Sans vraiment me faire rire ou sourire, sans vraiment me détendre et m'emporter ailleurs. Il est agréablement original. 

Je lui donne un 8/10

4ème de couverture : 
Eleanor Oliphant est un peu spéciale. Dotée d'une culture générale supérieure à la moyenne, peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, elle dit les choses telles qu'elle les pense, sans fard, sans ambages. Fidèle à sa devise " Mieux vaut être seule que mal accompagnée ", Eleanor évite ses semblables et préfère passer ses samedis soir en compagnie d'une bouteille de vodka. Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par ses conversations téléphoniques hebdomadaires avec " maman ". Mais tout change le jour où elle s'éprend du chanteur d'un groupe de rock à la mode. Décidée à conquérir de l'objet de son désir, Eleanor se lance dans un véritable marathon de transformations. Sur son chemin, elle croise aussi Raymond, un collègue qui sous des airs négligés, va lui faire repousser ses limites. Car en naviguant sur les eaux tumultueuses de son obsession amoureuse et de sa relation à distance avec " maman ", Eleanor découvre que, parfois, même une entité autosuffisante a besoin d'un ami...

Publié dans Lecture

Lecture : Dans le murmure des feuilles qui dansent

Publié le par Reflet d'Expression

Dernière page... Fracassant. Fascinant, bouleversant, magnifiquement écrit.

Une histoire, non, deux histoires somptueuses, qui m'ont profondément émue. On y apprend la vie, sa puissance, son amour, sa tristesse, son combat. 
On y aime la nature, les arbres, encore plus qu'avant. 

Un roman qui fait réfléchir, qui fait comprendre que les petits soucis journaliers ne sont rien. 
Un livre qui ébranle les souvenirs, les passions, la force mentale incroyable des êtres humains. Un livre rempli d'espoirs et qui démontre que la vie continue toujours. 

Chapeau Mme Ledig. 

Je lui donne un 11, voir un 12 sur 10.

Je le recommande à tous ceux qui n'aiment pas la vie, qui font un monde de petits riens, à tous ceux qui veulent s’imprégner d'une des plus belles choses en ce monde : la nature, cette nature qui sera toujours plus forte et toujours là, quoiqu'il advienne. 
"La petite plante qui brise le bitume". 

4ème de couverture :
Anaëlle, une jeune femme dont la vie a été bouleversée par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l'écriture. Thomas raconte des histoires merveilleuses d'arbres et de forêt pour mettre un peu de couleur dans la chambre d'hôpital de Simon, un garçon lumineux et tendre. Chacun se bat à sa manière contre la fatalité. Mais est-ce vraiment le hasard qui va sceller leur destin ? Dans ce nouveau roman, Agnès Ledig noue une histoire simple et poignante où des âmes blessées donnent le meilleur d'elles-mêmes et nous rappellent, dans une nature à la fois poétique et puissante, que la vie est plus forte que tout.

Publié dans Lecture

Lecture : le jour où Anita envoya tout balader

Publié le par Reflet d'Expression

J'aurais voulu ne pas quitter Anita, Lukas, Emma, Pia... et les autres. J'aurais aimé les rejoindre à Karlskrona en Suède, être la serveuse du "Réchaud à alcool" pour partager ces moments de vies. 

J'ai apprécié le "tournant de vie" que Anita a décidé de prendre à 38 ans.

J'ai apprécié sa vie, sa petite ville, ses amies et amis si proches et sincères, les leçons de moto (qui m'ont rappelé les miennes), les paysages décrits et la fête de la ville.

Et bien sûr... Lukas ;) Car j'ai eu la chance de découvrir ce roman en l'écoutant et la narratrice était une véritable conteuse, Marie Bouvier : ses intonations de voix, accentuées différemment selon les personnages et les situations. Cela m'a fait entrer encore plus dans le roman et, bien évidemment, même si c'est "une" narratrice, elle a su faire en sorte que l'on tombe sous le charme et la gentillesse de Lukas. 

Bref, une histoire qui fait du bien. Un roman de Katarina Bivald, dont j'ai déjà lu et fort apprécié "La bibliothèque des cœurs cabossés. 

Je lui donne un 10/10.

4ème de couverture : 
L’été de ses 18 ans, Anita Grankvist s’était fixé trois objectifs dans la vie : apprendre à conduire une moto, acheter une maison et devenir complètement indépendante. Presque vingt ans plus tard, Anita est certes indépendante, mais n’a toujours pas réalisé ses deux autres rêves. Elle mène une petite vie tranquille, seule avec sa fille, et travaille au supermarché local. Le départ d’Emma pour l’université va bouleverser ce quotidien un peu plan-plan. Anita réalise qu’elle va devoir gérer quelque chose qui lui a cruellement manqué ces deux dernières décennies : du temps libre. Qu’à cela ne tienne, Anita commence à prendre des leçons de moto, se lance dans un projet impossible, apprend à connaître sa mère légèrement sénile, et tombe follement amoureuse. Finalement, n’est-ce pas merveilleux de réaliser ses rêves d’adolescence à l’approche de la quarantaine ?

Publié dans Lecture

Lecture : Poste restante à Locmaria

Publié le par Reflet d'Expression

Une jolie lecture écrite par Lorraine Fouchet, nous plongeant pour une balade sur l'île de Groix, dans le Morbihan.

On s'accroche très vite au personnage principal, Chiara, et on aurait aimé faire un bout de chemin avec elle à la rencontre des îliens, de leurs coutumes et des boites aux lettres originales.

On découvre, au fil des chapitres, un "avant" et un "après", un "il y a 25 ans" et un "aujourd'hui". Il faut donc prendre le rythme et s'habituer à ce style d'écriture, et ne pas en perdre le cap. 
Et lorsque tout se relie, l'histoire devient alors une petite merveille, qui offre un savant mélange de sourire, de tristesse et d'espoir aux lecteurs. 

La façon dont ce livre est écrit est remarquable : le premier chapitre de 3 pages rappelle, en presque fin de lecture, le dernier chapitre de 3 pages. Et là... Personnellement, j'ai mis 1 semaine avant de lire ces derniers feuillets. 

4ème de couverture : 
Élevée dans le culte d'un père mort avant sa naissance, Chiara découvre, à l'âge de 25 ans, qu'elle est peut-être la fille d'un marin breton. Sous le choc de cette révélation, elle embarque pour l'île de Groix et fait la connaissance de Gabin, prête-plume d’écrivains célèbres, qui devient son compagnon de fortune. Mais ce séduisant jeune homme, arrivé comme elle de la "grande terre", est-il vraiment celui qu'il prétend être ? Et Chiara reviendra-t-elle indemne de son enquête insulaire ? 


Je lui donne un 8,5/10

Publié dans Lecture

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>